BIBLHIS

Ce carnet présente les recherches d’un groupe de travail sur les bibliothèques d’historiennes et d’historiens (XVIIIe-XXIe siècle), autour de cinq axes majeurs : la constitution de ces bibliothèques, leur utilisation par leurs propriétaires, leur théâtralisation (beaucoup se sont fait photographier devant leurs livres…), leur transmission (du vivant ou post-mortem) et leur éventuelle patrimonialisation. L’objectif de ce carnet est de constituer une interface permettant de rassembler informations et travaux sur ces bibliothèques, notamment leur cartographie, de la part des chercheur.se.s de différentes disciplines (histoire, bibliothéconomie, sociologie, anthropologie, sciences de l’information et de la communication, etc.), bibliothécaires, conservateurs et conservatrices, particuliers et particulières, intéressé.e.s à ce projet.

Focus sur les dons de bibliothèques constituées : à propos d’une recherche en cours à l’Enssib

Elève-conservatrice à l’Enssib, Anne-Charlotte Pivot nous livre les premiers résultats d’une enquête qu’elle réalise sur un corpus de « bibliothèques constituées » d’enseignants-chercheurs, dont une quarantaine sont des bibliothèques d’historiennes ou d’historiens.

Continuer la lecture de Focus sur les dons de bibliothèques constituées : à propos d’une recherche en cours à l’Enssib

BIBLHIS lance une enquête sur les bibliothèques d’historiennes et d’historiens

Le groupe BIBLHIS (Jonathan Barbier, LaSSP/BnF ; Jean-Charles Geslot, CHCSC/UVSQ/Université Paris-Saclay ; Agnès Sandras, BnF) a décidé de lancer une grande enquête pour étudier les pratiques et perceptions liées aux livres et aux bibliothèques au sein de la communauté des chercheurs et chercheuses en histoire.

Cette enquête s’adresse donc exclusivement aux historiennes et historiens, c’est-à-dire aux personnes, quel que soit leur statut, qui exercent une activité de recherche originale en histoire (voir précisions sur la page d’accueil du questionnaire). D’autres enquêtes, concernant d’autres catégories de praticiens et de praticiennes de l’histoire mais sans activité de recherche (professeur.es de l’enseignement secondaire, professionnel.les ou du patrimoine, étudiant.es…) pourront être à terme organisées.

Six thèmes ont été dégagés :

  • la constitution des bibliothèques : depuis quand et comment ont-elles été constituées ? Quelles sont les lieux et pratiques d’achat et d’acquisition ? Des bouquinistes aux librairies en ligne, comment les historiennes et les historiens satisfont-ils leur passion (ou tout au moins leur besoin) de livres ?
  • leur composition : que trouve-t-on dans ces bibliothèques ? Quels types d’ouvrages ? Quelles disciplines ? Les historiens lisent-ils autre chose que de l’histoire ? Et quid de ce phénomène récent des bibliothèques numériques au sein de la communauté ?
  • leur organisation : comment les historiennes et les historiens rangent-ils leur bibliothèque (quand elle est rangée !) ? On saura enfin si ce sont les périodes, les formats ou les couleurs qui l’emportent ! A moins que ce ne soit le désordre…
  • leur installation : des petits appartements de centre-ville aux greniers des résidences secondaires, où sont les bibliothèques, dans quel type de meubles (en bois, comme chez Jacques le Goff, ou en verre, comme chez Arlette Farge ?). Et comment sont-elles agencées… et exposées aux regards ?
  • leur gestion : comment historiennes et historiens gèrent-ils leurs livres ? Et trouve-t-on sur leurs étagères autre chose que des livres, par exemple des photos, comme chez Mona Ozouf, des amphores, comme chez Georges Duby, ou bien… des jambes de mannequin comme chez Paul Veyne ?
  • leur devenir : comment voit-on l’après ? Comment envisage-t-on l’avenir de ces bibliothèques, leur conservation, leur transmission, quand elles ne seront plus utilisées ?

Pour participer à l’enquête (pour une vingtaine de minutes maximum), c’est par ici.

Merci d’avance pour votre participation !

Cite this article as: Jean-Charles Geslot, "BIBLHIS lance une enquête sur les bibliothèques d’historiennes et d’historiens," in BIBLHIS, 10 juin 2020, https://biblhis.hypotheses.org/489.

Compte rendu de la première journée d’études BIBLHIS

Le 6 mars 2020 s’est tenue à la Bibliothèque de l’Université de Versailles-Saint-Quentin en Yvelines (Guyancourt) la première journée d’études du groupe BIBLHIS. Comme l’indiquait son titre, « Les bibliothèques d’historiennes et d’historiens, un nouvel objet d’études ? », il s’agissait d’entamer une réflexion sur ce thème encore peu systématiquement exploré, pour tenter de cerner l’intérêt qu’il pourrait représenter et les enjeux épistémologiques et méthodologiques d’un tel champ de recherches. La journée a permis à des archivistes, des bibliothécaires, des historiennes et des historiens d’échanger sur ce sujet et de confronter leurs  expériences personnelles comme leurs recherches, en cours ou abouties.

 

Continuer la lecture de Compte rendu de la première journée d’études BIBLHIS

Les bibliothèques d’historiennes et d’historiens : un nouvel objet d’études ?

Journée d’études, 6 mars 2020

Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines- Auditorium de la Bibliothèque universitaire de St-Quentin

45 boulevard Vauban à Guyancourt – accès

Entrée libre et gratuite


Continuer la lecture de Les bibliothèques d’historiennes et d’historiens : un nouvel objet d’études ?

Entre livres et objets : actualité des recherches autour de la bibliothèque de Maurice Agulhon

Entretien réalisé le 15 octobre 2019 par Jonathan Barbier, avec Jacky Barbe, directeur de la Bibliothèque universitaire d’Avignon, et Yvette Rouveran, responsable des fonds spécialisés.

  • Pouvez-vous décrire la diversité des objets relatifs à la bibliothèque de Maurice Agulhon ?

Les objets appartenant à la bibliothèque de travail de Maurice Agulhon sont divers et témoignent à la fois d’une exploration intellectuelle très éclectique, mais aussi probablement d’un attachement affectif et d’ordre symbolique à tout ce qui pouvait se rattacher de près ou de loin à sa thématique de recherche. Nous avons donc trouvé des cartes postales anciennes et modernes, des photos, des diapositives mais aussi des affiches, des tableaux et gravures ainsi que des bustes et statuettes.

Continuer la lecture de Entre livres et objets : actualité des recherches autour de la bibliothèque de Maurice Agulhon

Appel à communications pour la première journée d’études BIBLHIS (6 mars 2020)

Les bibliothèques d’historiennes et d’historiens : un nouvel objet d’étude ?

Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (Site de Guyancourt) – 6 mars 2020

Argumentaire

Le rapport des historiennes et des historiens aux bibliothèques en général, et à leurs bibliothèques en particulier, n’a jusqu’à présent suscité que peu de travaux. Il existe pourtant, depuis longtemps, un intérêt certain pour ces questions. Les bibliothèques des artistes[1], celles des écrivains[2], font depuis quinze ou vingt ans l’objet d’études plus systématiques. Par ailleurs, dans le cadre d’une histoire des sciences (notamment humaines) renouvelée et attentive aux conditions concrètes de la production des savoirs, en lien aussi avec les perspectives de la sociologie et de l’anthropologie de la lecture, des bibliothèques ou des sciences sociales, les bibliothèques des savants et des intellectuels ont déjà fait l’objet de plusieurs recherches, qui ont montré tout l’intérêt de telles perspectives, tant pour comprendre comment le cadre de travail peut déterminer les modalités de la recherche, que pour saisir leurs lectures et les influences qu’ils ont pu recevoir[3]. Enfin, l’étude des archives de ces créateurs de savoirs est aussi une tradition ancienne et c’est notamment le cas de celles des membres de la communauté historienne[4].

Continuer la lecture de Appel à communications pour la première journée d’études BIBLHIS (6 mars 2020)

Les historiens du XIXe siècle en leur bibliothèque

Nous republions ici un précédent billet paru sur le carnet « Histoire et culture au XIXe siècle » en juin 2018, et dont le propos s’inscrit dans la logique du projet BIBLHIS.

Le hashtag #MontreTaBibli a connu au mois de mai 2018 un succès certain sur Twitter. La communauté des historiens présents sur le réseau social à l’oiseau bleu s’est rapidement emparée de ce mot-dièse, pour échanger les images de ses rayonnages de livres, plus ou moins étoffés (en fonction le plus souvent de l’état d’avancée dans la carrière du propriétaire de la bibliothèque…), et plus ou moins méthodiquement rangés également.

Résultats de la recherche « MontreTaBibli » dans Google Images, 30 mai 2018.

Sans le savoir sûrement, ces historiens reprenaient en fait une pratique ancienne, déjà fort à la mode chez leurs devanciers du XIXe siècle. De Renan à Lavisse, de Taine à Michelet, montrer ses livres était déjà une habitude, en ces temps d’institutionnalisation du métier d’historien. « Les livres du savant, témoignages souvent de sa réussite professionnelle, sont en même temps les outils et les justifications de son travail », nous rappelle l’historien Frédéric Barbier[1]. La mise en scène sa propre lecture, de son propre travail intellectuel, est ainsi une pratique assez répandue chez les auteurs, pas seulement historiens, et pas seulement français, à l’époque contemporaine. Fritz Nies a recensé plusieurs dizaines de ces représentations d’auteurs en train de lire[2]. Certains se sont donc carrément fait portraiturer devant leurs rayonnages de livres. D’autres se sont contentés de poser avec quelques volumes, histoire de rappeler leur fonction sociale. Voyons donc à quoi ressemblaient les bibliothèques de nos prédécesseurs historiens du XIXe siècle, et ce que donnerait le fil #MontreTaBibli s’ils avaient pu y participer…

Continuer la lecture de Les historiens du XIXe siècle en leur bibliothèque

La bibliothèque de Victor Duruy : richesses et lacunes d’un catalogue de vente (1895)

Le lundi 11 novembre 1895, à 20 heures, commençait dans l’enceinte de la maison Silvestre, à Paris, la vente d’une collection de livres, celle de l’historien et ancien ministre de l’Instruction publique Victor Duruy (1811-1894). Cette vente devait durer six jours, jusqu’au samedi 16 novembre suivant, et permettre d’écouler, outre 500 ouvrages dûment inventoriés, des lots représentant 4 000 volumes. Le catalogue de la vente, conservé en deux exemplaires à la Bibliothèque nationale de France[1], constitue une source irremplaçable pour connaître le contenu de la bibliothèque de Victor Duruy. En le lisant, en s’y plongeant, on entre, en quelque sorte, dans l’intimité du cabinet de travail de l’historien, on parcourt les rayonnages, et on soulève un coin de voile sur ses pratiques de recherche et d’écriture. Un coin, et un seul, cependant. Car, si ce document se révèle plein d’enseignements, il est également porteur de bien des déceptions et de bien des frustrations.

Continuer la lecture de La bibliothèque de Victor Duruy : richesses et lacunes d’un catalogue de vente (1895)

BIBLHIS à Blois

L’équipe du projet BIBLHIS sera présente aux 22e Rendez-vous de l’histoire de Blois, dans le cadre d’une carte blanche à la Bibliothèque nationale de France.

Une table ronde animée par Agnès Sandras sera l’occasion de lancer officiellement le projet.

Rendez-vous le vendredi 11 octobre de 18h à 19h30 à l’IUT (3 place Jean-Jaurès).

Cour intérieure du château de Blois, estampe gravée par O. de Rochebrune, 1864 (c) BnF-Gallica

Lien vers la page de présentation de la table ronde

Retour sur l’inventaire de la bibliothèque «historiographique» de Maurice Agulhon

Ce billet est extrait d’une communication qui a eu lieu le 11 décembre 2015 dans le cadre de la journée d’études « Maurice Agulhon, Jaurès, le politique » organisée à l’Université d’Avignon.

De septembre à décembre 2011, je me suis rendu à Villeneuve-les-Avignon, du lundi au vendredi, pour faire l’inventaire de la bibliothèque de travail de Maurice Agulhon. J’arrivais à 14h30 précises chez l’historien de la Deuxième République. Souvent je le trouvais en train de lire le journal Le Monde : il s’est intéressé à l’actualité jusqu’à la fin de sa vie. Son état de santé le tenait isolé du monde universitaire et médiatique, et le fait d’avoir un interlocuteur avec qui il puisse parler du devenir de ses archives personnelles et de sa bibliothèque constituait un grand soulagement pour lui.

Continuer la lecture de Retour sur l’inventaire de la bibliothèque «historiographique» de Maurice Agulhon