BIBLHIS

Ce carnet présente les recherches d’un groupe de travail sur les bibliothèques d’historiennes et d’historiens (XVIIIe-XXIe siècle), autour de cinq axes majeurs : la constitution de ces bibliothèques, leur utilisation par leurs propriétaires, leur théâtralisation (beaucoup se sont fait photographier devant leurs livres…), leur transmission (du vivant ou post-mortem) et leur éventuelle patrimonialisation. L’objectif de ce carnet est de constituer une interface permettant de rassembler informations et travaux sur ces bibliothèques, notamment leur cartographie, de la part des chercheur.se.s de différentes disciplines (histoire, bibliothéconomie, sociologie, anthropologie, sciences de l’information et de la communication, etc.), bibliothécaires, conservateurs et conservatrices, particuliers et particulières, intéressé.e.s à ce projet.


3 réflexions sur « BIBLHIS »

  1. Bonjour,

    Je découvre par hasard (comment souvent) votre site qui est à ma décharge très récent et je dois dire que je suis très content de cette découverte car le sujet des bibliothèques des historiens me passionne depuis longtemps. Il est en effet paradoxal que les historiens se soient si peu intéressés à ce sujet. Le renouveau actuel des études sur l’histoire des historiens avec des ouvrages récents parus sur Georges Duby et ses archives (sous la direction de P. Boucheron et J. Dalarun) ou la « somme » publiée sous la direction de J.F. Sirinelli et Y. Potin rend cette thématique tout à fait pertinente et originale.

    Mon intérêt pour cette question a commencé il y a trente ans avec ce qui est pour moi encore une énigme. Je m’intéresse en effet aux historiens français de l’Europe centrale depuis la fin des années 1980 et un article de J.F. Noël consacré à Victor-Lucien Tapié fait explicitement référence à sa bibliothèque privée ( Histoire et Société, 1983, p.385) : https://www.persee.fr/doc/hes_0752-5702_1983_num_2_3_1473

    Il procède d’ailleurs à une courte étude du contenu de cette bibliothèque qui, selon cet auteur, a été divisée entre la bibliothèque municipale de Nantes et l’université de Nantes. A part cet article aucune mention n’est faite (même dans les inventaires disponibles en ligne) de cette bibliothèque privée qui mériterait donc une étude plus spécifique.

    Selon mes connaissances acquises depuis ces années et donc très partielles voici quelques bibliothèques d’historiens qui ont fait l’objet de dépôts et d’inventaires et qui n’attendent que des chercheurs pour en exploiter toutes les richesses. Je comptais mentionner Robert Mandrou mais vous le faites par ailleurs. Ces bibliothèques s’insèrent souvent dans des dépôts plus larges de papiers dudit historien même si, les cas de Mandrou ou Duby le montrent, les papiers et les bibliothèques sont souvent dans des lieux différents.

    – Les papiers (et aussi des livres semble-t-il) de Gabriel Debien sont déposés aux archives de la Garonne. C’est un fonds d’une extrême richesse pour les manuscrits mais je ne sais pas trop pour les imprimés. A vérifier mais ce fonds mérite une étude.

    Dans un même champs de recherche (histoire des Antilles et esclavage ):
    – Les papiers de l’historien Robert Richard sont déposés aux archives départementales de la Seine-Maritime. L’inventaire mentionne sa bibliothèque.
    http://www.archivesdepartementales76.net/instruments_recherche/FRAD076_IR_J_179J_richard.pdf

    – les papiers du slavisant (est-ce un historien ? pas tout à fait) Jules Legras sont aux archives départementales de Côte d’Or depuis peu.
    Je ne pense pas que sa bibliothèque soit déposée, la notice qui présente ce fonds n’y fait pas référence. A vérifier.
    http://patrimoine.bm-dijon.fr/pleade/ead.html?id=FR212316101_legras#FR212316101_legras_e0000025

    – La bibliothèque de l’Institut des études slaves conserve de nombreux documents légués par des érudits français et dans le cadre de ce projet par le premier d’entre eux (pour la chronologie) l’historien Ernest Denis :
    http://documentation.sorbonne-universites.fr/bibliotheques/lettres/bibliotheque-du-centre-detudes-slaves.html#jfmulticontent_c2133-1

    Parmi les historiens qui sont décédés depuis une trentaine d’années je me demande souvent ce que devient leur bibliothèque. Je pense à des figures comme Jean Favier, Robert-Henri Bautier, Henri Dubois, Pierre Goubert, Jean-Marie Mayeur, André Latreille, Pierre Vilar, Bernard Michel, Jean Delumeau, François Crouzet, Roland Marx, rené Rémond, Jean-Baptiste Duroselle, Pierre Guillen (mon professeur à Grenoble), Pierre Renouvin, Janine Garisson, René Girault, Pierre Léon, Jean Bouvier, Bernard Guenée … Peu de femmes dans cette liste ou bien vous donnez la réponse dans votre inventaire ! Pour celles qui sont encore parmi nous Christianne Klapish-Zuber, Marie Thérèse Lorcin, Françoise Autrand …

    Je vais donc suivre avec attention vos travaux et pourquoi pas contribuer par des études (le fonds Richard à Rouen m’intéresse ainsi que le fonds Tapié à Nantes s’il existe). Je réside à Caen et j’ai donc accès aux collections de l’IMEC qui a vocation à conservé les papiers d’écrivains (et de quelques historiens). Conservent-ils aussi des bibliothèques ? Pas celle de Georges Duby par exemple si j’en crois une de vos pages. Cela reste aussi à vérifier.

    Très cordialement

    Christophe Denizot
    Enseignant d’histoire-géographie en collège

    1. Merci beaucoup pour votre intérêt et toutes ces informations. Cela fait en effet bien des pistes de réflexions et de recherches qui permettront d’alimenter notre connaissance des bibliothèques d’historien.nes. A suivre donc !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.