La bibliothèque de Victor Duruy : richesses et lacunes d’un catalogue de vente (1895)

Le lundi 11 novembre 1895, à 20 heures, commençait dans l’enceinte de la maison Silvestre, à Paris, la vente d’une collection de livres, celle de l’historien et ancien ministre de l’Instruction publique Victor Duruy (1811-1894). Cette vente devait durer six jours, jusqu’au samedi 16 novembre suivant, et permettre d’écouler, outre 500 ouvrages dûment inventoriés, des lots représentant 4 000 volumes. Le catalogue de la vente, conservé en deux exemplaires à la Bibliothèque nationale de France[1], constitue une source irremplaçable pour connaître le contenu de la bibliothèque de Victor Duruy. En le lisant, en s’y plongeant, on entre, en quelque sorte, dans l’intimité du cabinet de travail de l’historien, on parcourt les rayonnages, et on soulève un coin de voile sur ses pratiques de recherche et d’écriture. Un coin, et un seul, cependant. Car, si ce document se révèle plein d’enseignements, il est également porteur de bien des déceptions et de bien des frustrations.

De ce point de vue, le cas Victor Duruy est emblématique des possibilités et des limites d’une recherche sur les bibliothèques d’historiens au XIXe siècle. L’analyse du contenu, que permet le catalogue, permet en effet de livrer une cartographie de la collection et d’en apprécier les dimensions ; elle nous permet de définir le statut de ce fonds et de son contenu, à savoir une bibliothèque de travail et non une collection de bibliophile ; elle nous permet de toucher du doigt les dynamiques internes à la collection, et d’en saisir en quelque sorte le pouls, la vie… jusqu’à sa mort, en cet automne 1895. Mais elle contient aussi des lacunes, des zones d’ombre et des biais, qui en font également au mieux un miroir déformant, au pire un véritable écran entre nous et la réalité de ce que fut le travail de l’historien Duruy.

Victor Duruy, photographie sur papier albuminé de l’atelier Nadar, vers 1890 (c) BnF-Gallica

Une bibliothèque fournie et éclectique

Quelques chiffres, pour commencer. Le catalogue comporte 515 numéros correspondant à 514 publications différentes, classées par ordre alphabétique des noms d’auteurs, et représentant 2 125 volumes et 577 fascicules. Le dernier numéro est une indication des plus laconiques : « Sous ce numéro il sera vendu environ 4 000 volumes brochés de bons livres de science, de littérature, d’histoire ; voyages, mémoires, archéologie. » Première frustration donc : sur les plus de 6 000 volumes que contenait la bibliothèque de Victor Duruy, seul un tiers est inventorié. On ne pourra donc apprécier cette bibliothèque qu’à partir d’un échantillon. Un gros échantillon, certes, mais un échantillon seulement. Il faut du reste ajouter, à ces ouvrages mis en vente, ceux dont la famille n’aura pas voulu se séparer. Difficile, par conséquent, d’estimer précisément, d’un point de vue quantitatif comme qualitatif, l’intégralité de la bibliothèque de Victor Duruy.

On peut néanmoins voir de quels types d’ouvrages elle était composée – en se gardant bien sûr de toute tentation statistique, en raison des insuffisances de la source. Comme on pouvait s’y attendre, les thématiques que l’on retrouve dans cette collection sont celles des champs d’investigation préférés de l’historien : l’histoire ancienne, principalement grecque et romaine d’une part, et l’histoire de France d’autre part. Pas de surprise de ce point de vue. Ce qui frappe néanmoins, et nous donne une idée un peu plus précise de ce à quoi servait cette bibliothèque, c’est l’importance des sources et recueils de sources qui remplissaient les rayonnages. On en trouve plusieurs centaines de volumes, à commencer par les grandes collections emblématiques de la « fièvre documentaire » qui marque les historiens de sa génération, imprégnés d’historiographie romantique comme le Recueil des historiens des Gaules et de la France, les 162 volumes de la Collection complète des Mémoires relatifs à l’histoire de France, ou encore les 192 volumes de la Collection des documents inédits sur l’histoire de France – pour ne citer que ceux-là. Il faut y ajouter de nombreux Mémoires et recueils de documents publiés séparément sur l’histoire du Moyen Âge (Actes du Parlement de Paris, Registre criminel du Châtelet de Paris, Archives de Bretagne…), de l’époque moderne (Colbert, Malherbe, La Rochefoucauld, Retz, Saint-Simon…) et de la période révolutionnaire et impériale (Archives de l’Empire, Recueil des actes du Comité de salut public, Correspondance de Napoléon Ier, etc.). Sans oublier les sources littéraires de l’histoire de l’Antiquité, spécialité première de Victor Duruy : on trouve dans le catalogue les 38 volumes de la Bibliothèque grecque, ou encore le Recueil des inscriptions juridiques grecques de Reinach et Dareste, sans parler de nombreuses éditions d’auteurs grecs et romains.

À ces sources et recueils de sources, il faut ajouter de nombreuses études de seconde main, dont la collection mériterait une étude approfondie. Monographies, études archéologiques, catalogues de musées ou de manuscrits se côtoient, en grand nombre. De nombreux outils de travail sont également présent au catalogue, comme L’Art de vérifier les dates, la Chronologie universelle de Thomas Brunton, ou encore le Grande Dictionnaire de la langue latine de Guillaume Freund. Il faut y ajouter les nombreux périodiques savants auxquels il fut abonné : Mémoires de la Société des antiquaires de Picardie et de Normandie, Bulletin de correspondance hellénique, de la Société de géographie, de la Société d’anthropologie de Paris et de l’Institut égyptien, Mélanges d’archéologie et d’histoire de l’École française de Rome, Mélanges d’archéologie égyptienne et assyrienne, Annales du Musée Guimet, Mémoires de la Société d’émulation du Doubs, Bulletin des Sciences mathématiques, Bulletin épigraphique de la Gaule, Revue des deux mondes, Revue critique d’histoire et de littérature… . Défenseur de l’illustration dans ses ouvrages, il pouvait consulter à loisir les Monuments de l’art antique d’Olivier Rayet, les onze volumes de l’Inventaire des richesses d’art de la France, ou bien encore la Numismatique lilloise et L’Art étrusque de Jules Martha. C’est aussi un historien ouvert : aux historiographies étrangères, aux autres disciplines (géographie, sciences naturelles…), intéressé aussi – c’est l’ancien ministre que l’on retrouve ici – aux questions d’éducation, et amateur de littérature romantique (il possède les trois éditions originales des Chants du crépuscule, des Voix intérieures et de Les Rayons et les ombres de Victor Hugo, publiés respectivement par Eugène Renduel en 1835 et 1837 et par Delloye en 1840).

Une bibliothèque de travail

On le voit à la lecture de ce rapide exemplier : la bibliothèque de Victor Duruy est essentiellement une bibliothèque de travail. Elle n’est pas la collection d’un bibliophile. Les ouvrages qu’ils possèdent sont surtout des productions récentes, issues de la librairie industrielle. Sur les 514 références dont nous avons la description, seules sept datent d’avant 1830, dont deux seulement sont antérieures au XIXe siècle, en l’occurrence l’édition de 1728 de l’Histoire des grands chemins de l’Empire romain par Nicolas Bergier (1e éd. 1622) en deux volumes in-4, et le Codex Theodosianus dans son édition Weidmann en cinq volumes de 1736-1745, avec reliure en « peau de truie » et « fers à froid ». C’est du reste l’un des rares ouvrages à avoir une reliure un tant soit peu intéressante : 453 des 514 ouvrages inventoriés sont simplement brochés ou cartonnés.

54 possèdent une demi-reliure. Il peut s’agir de dictionnaires fréquemment utilisés (ceux de Vapereau, ceux de William Smith, le Littré…) et que leur propriétaire aura sûrement fait relier pour les rendre moins fragiles. Les gros volumes de la Collection des Mémoires relatifs à l’histoire de France, des Monuments de l’histoire de France, de la Nouvelle Géographie universelle de Reclus, sont sûrement dans le même cas, comme d’ailleurs certains livres dont on imagine qu’il les a beaucoup consultés (comme l’Histoire des religions de la Grèce antique d’Alfred Maury, ou Les Institutions politiques des Romains de Mispoulet). Notons cependant qu’une demi-reliure couvre également les Romans champêtres de George Sand en deux volumes illustrés par Tony Johannot, et les Mémoires de Saint-Simon (édition Garnier frères de 1853).

Il n’y a par ailleurs que sept ouvrages qui possèdent une véritable reliure : on trouve notamment dans ce lot Le Palais de Fontainebleau de Champollion-Figeac, deux volumes in-folio de maroquin rouge à filets et tranche dorée, aux armes de Napoléon III (1866), et une édition Lefevre et Ladvocat de 1830 d’œuvres de Chateaubriand en maroquin vert à filets, coins et milieux dorés, dos orné et tranche dorée. D’autres ouvrages sont relativement précieux, car en tirage limité, sur papier de Hollande, du Japon ou grand papier vélin, mais ils se comptent sur les doigts des deux mains. A en croire donc le catalogue de vente, la bibliothèque de Victor Duruy est bel et bien, et ce presque exclusivement, une bibliothèque de travail.

Une bibliothèque incomplète

Gardons-nous cependant de conclure rapidement sur la nature de la collection : nous n’avons là qu’une idée de ce qui est vendu par sa famille, laquelle a pu conserver les pièces les plus intéressantes de la collection de l’historien défunt, tout en se séparant toutefois de certains pièces qui ne manquaient pas d’intérêt, comme celles, rares, qui ont été évoquées. Cet inventaire nous dit beaucoup donc de la bibliothèque de Victor Duruy, mais il y a beaucoup de choses qu’il ne nous dit pas. Il y a des manques dans cette liste, des ouvrages qu’on s’attendrait à y trouver, mais qui sont absents de l’inventaire : l’Histoire de France de Michelet, celle d’Henri Martin, les ouvrages de Guizot, d’Augustin Thierry, n’y figurent pas, pas plus que l’Histoire du déclin et de la chute de l’Empire romain de Gibbon, par exemple, ou même les propres ouvrages de Duruy (mis à part deux version françaises dépareillées et deux traductions en anglais et en allemand de son Histoire des Romains). Il est difficile de penser qu’un historien de la France et de l’Antiquité comme lui ne possédait pas ces incontournables dans son cabinet de travail, notamment les deux premiers ouvrages, qu’il cite abondamment dans ses propres ouvrages d’histoire de France. Deux explications à cette absence : soit ces ouvrages figurent dans la liste des 4 000 volumes non répertoriés ; soit la famille les a conservés. La deuxième hypothèse est sûrement la plus probable, surtout quand on sait que l’un des deux fils survivants de Victor Duruy, George (1853-1918), est lui-même historien.

Or le catalogue ne se contente pas de nous livrer une image partielle de la réalité de la bibliothèque de Victor Duruy : il en livre également une image déformée. Ici, c’est le classement qui est en cause. La liste, on l’a dit, est organisée par ordre alphabétique d’auteurs. La plus pratique peut-être, mais la moins explicite pour l’historien d’aujourd’hui. Est-il nécessaire de préciser qu’il y a fort peu de chances que Victor Duruy ait classé sa bibliothèque de cette façon ? Comment, dès lors, retrouver l’ordre de rangement de ses livres sur leurs rayonnages ? Les organisait-il par thématiques ? Par formats ? Par un savant mélange de ces deux critères ? Quelle était également la part de l’aléatoire ? Des rangements et dérangements provoqués par les acquisitions nouvelles, les utilisations, les erreurs de classement ? Combien de livres rangés debout ? Combien couchés et empilés pour gagner de la place ? Sur tous ces aspects concrets de l’organisation de la bibliothèque de Victor Duruy, la source est complètement muette. Elle nous à même privés d’une information essentielle en la réorganisant selon une autre logique que celle de son utilisateur premier. Parce que son but n’était pas de reconstituer cette bibliothèque, mais de la disperser ; il n’était pas de la faire vivre, mais de la faire disparaître. Ici les intérêts et les objectifs de la source et de l’historien divergent radicalement.

Une bibliothèque vivante

Et pourtant, le catalogue nous donne, de loin en loin, et inconsciemment, des renseignements sur la façon dont cette bibliothèque vivait. Car elle vivait : elle n’était pas, on l’a dit, une bibliothèque-musée de bibliophile, aux ouvrages précieux soigneusement rangés derrière leur vitrine, et qu’il fallait le moins manipuler possible. Elle était une bibliothèque de travail, où l’historien œuvrait quotidiennement. Sa collection vivait donc, bougeait, changeait, au rythme des emprunts que son propriétaire y faisait des livres dont il avait besoin, et des entrées et des acquisitions de nouveaux ouvrages. De loin en loin, le catalogue nous donne à ce sujet quelques renseignements. Il précise en effet parfois la provenance des livres, connue grâce aux dédicaces, lorsqu’il s’agit d’envois autographes : c’est le cas d’Un livre de sonnets de Claudius Popelin, sur lequel l’auteur a rédigé à la main « 20 vers signés et adressés à M. V. Duruy », et de l’Histoire de Jules César de Napoléon III. Si la bibliothèque n’avait pas été dispersée, on pourrait facilement y retrouver l’ensemble des dédicaces témoignant d’envois directs de leurs ouvrages par certains auteurs, ainsi que, parfois, les étiquettes de libraires pour ceux qui ont été achetés. Mais rien de tout cela n’est plus possible désormais.

Couverture armoriée d’un exemplaire de l’Histoire de Jules César de Napoléon III (c) Wikimedia Commons

Il est donc difficile de savoir comment Victor Duruy a constitué sa bibliothèque. Où et quand a-t-il acquis ses livres ? Chez quels libraires ou bouquinistes ? Quelle est la part des achats et des dons ? Il est quasiment impossible de répondre à ces questions, parce qu’il n’a laissé aucun document permettant de nous renseigner : ni documents comptables, ni inventaires chronologiques, ni témoignages directs. Tout au plus peut-on glaner, dans sa correspondance, quelques informations. En 1863, c’est Henri Descamps (1815-1891) qui veut lui offrir sa Description des marbres antiques du musée Campana à Rome, publiée l’année précédente après l’achat de la collection Campana par Napoléon III ; en 1864, l’historien Henri Martin (1810-1883) lui envoie le texte imprimé par sa conférence sur Jeanne d’Arc prononcée le 21 février « au profit des Polonais » à la salle Barthélemy, et que Duruy ministre avait autorisée[2] ; en 1876, Eugène Fromentin (1820-1876) lui envoie son ouvrage Les Maîtres d’autrefois[3]. Informations ponctuelles, qui ne permettent pas de retracer de manière exhaustive la genèse de la bibliothèque.

Autres preuves du caractère vivant et non figé de cette bibliothèque : cette « forte tache d’encre aux premiers feuillets » de l’Essai sur les lois criminelles des Romains concernant la responsabilité des magistrats d’Édouard Laboulaye ; cette autre « tache » (d’encre, à nouveau ?) dans le premier volume des Mémoires du maréchal Marmont, duc de Raguse ; ou encore ces mouillures sur l’Essai sur les Finances et la Comptabilité publique chez les Romains de Gustave Humbert, sur le Recueil de Diplômes militaires de Léon Rénier et sur l’Histoire de Louvois et de son administration politique et militaire. Taches, mouillures, salissures, autant de preuves d’une utilisation des ouvrages, que l’historien d’aujourd’hui serait heureux de pouvoir compléter par une étude des pages cornées, des notes marginales, des inserts manuscrits, autant de traces de l’utilisation des ouvrages. Autant de cicatrices également, laissées sur les livres par les aléas de l’histoire de la bibliothèque. Et celle-ci, en particulier, en a connu quelques-uns. Il y a eu, comme souvent, les déménagements, et même deux presque coup sur coup dans les années 1850 : de la rue des Poules (actuelle rue Laromiguière) à l’île Saint-Louis, puis de là à la maison de campagne de Villeneuve-Saint-Georges, acquise en 1854, et où l’historien installe sa collection.

Carte postale ancienne ; en bas à droite : la maison de Victor Duruy (coll. pers. de l’auteur)

Et il y a eu, surtout, la guerre franco-prussienne. L’encerclement de Paris conduit les armées allemandes à investir cette petite commune encore rurale. Le château de Beauregard, voisin, est pillé. Effet peut-être de sa notoriété d’historien et d’ancien ministre, la maison de Victor Duruy est laissée intacte. Son propriétaire est resté dans Paris assiégé. Il est coupé de ses livres, et n’a pas de nouvelles d’eux. La situation est pire pour son fils Albert (1844-1887), retenu prisonnier à Bonn. Celui-ci s’inquiète :

Et Villeneuve !… Avez-vous pu les uns ou les autres aller voir ce qu’ils en ont fait ? S’ils n’ont brûlé que les meubles et volé que les pendules, il n’y a pas grand mal ; mais nos livres ! [4]

Il a raison de s’inquiéter. Victor Duruy apprendra enfin, après la capitulation de Paris, le sort réservé à sa bibliothèque, lorsqu’un domestique resté sur place lui racontera que « tout a été soigneusement emballé et expédié en Allemagne[5] ».

Une bibliothèque mortelle

La bibliothèque de Victor Duruy survit un an à son propriétaire. Une vente aux enchères la disperse dans la semaine du 11 au 16 novembre 1895. Le catalogue, là encore, nous donne de nombreux renseignements sur le déroulement de cette vente. Elle est organisée en six vacations : les trois premières servent à vendre les 514 ouvrages répertoriés, répartis en trois tiers d’environ 170 titres. Les trois séances suivantes doivent permettre d’écouler par lots les 4 000 volumes non-répertoriés – et dont on ne connaît pas plus le mode de répartition. L’opération se déroule chaque soir, à 20h, à la maison Silvestre (parfois orthographiée Sylvestre), rue des Bons-Enfants, à deux pas du Palais-Royal. C’est une salle de ventes aujourd’hui disparue, mais qui fut longtemps dominante dans ce secteur au XIXe siècle, avant que la concurrence de l’Hôtel Drouot ne vienne mettre fin à sa suprématie, ainsi que l’explique Henri Rochefort dans ses Petits Mystères de l’hôtel des ventes. La création de cette institution remonterait aux dernières années de la Révolution[6]. Fondée par Jean-Charles Silvestre, elle est reprise dans les années 1820 par son fils, Louis-Catherine (1792-1867), un ancien polytechnicien. Sa spécialité, ce sont les ventes de livres, d’estampes et d’autographes, quand l’Hôtel des ventes (Drouot) se consacre plutôt aux œuvres d’art. Les bibliothèques de Paul Lacroix dit le bibliophile Jacob (1840), de Saint-Beuve (1870), du marquis de Laborde (1871), de François Guizot (1875), d’Édouard Laboulaye (1884), y ont été vendues, ainsi que celles de centaines de savants et bibliophiles, parisiens, provinciaux et étrangers. Les livres de Victor Duruy ne constituent donc qu’une énième collection mise en vente en cet automne 1895.

 

Deux hommes sont à la manœuvre dans la vente de la collection Duruy. Le premier est Me Paul Alard, un commissaire-priseur installé au 6 rue Saint-Marc, dans le quartier de la Bourse. Œuvrant à la fois à l’Hôtel Drouot et à la maison Silvestre – comme d’autres de ses confrères – il ne joue, à en croire encore Henri Rochefort, qu’un rôle secondaire. L’acteur principal de la vente est en effet Charles Porquet (1823-?), qui joue le rôle de l’expert. Libraire et bouquiniste, installé au 1 quai Voltaire, au débouché du pont du Carrousel, il est, depuis trois décennies, spécialisé dans les ventes de bibliothèques, et dans l’édition de leurs catalogues – c’est lui d’ailleurs qui publie celui de la vente des livres de Duruy. Notons que ce catalogue est anonyme : il ne porte pas le nom du propriétaire de la collection. C’est une tradition bien implantée dans le monde des ventes publiques, liée souvent à une volonté de préserver la confidentialité des vendeurs vis-à-vis de leurs éventuels créanciers, ou de ceux dont ils se seraient accaparé les biens de façon frauduleuse[7]. Les noms des collectionneurs n’apparaissent que lorsqu’il s’agit de collections particulièrement prestigieuses. Ce n’est pas le cas, on l’a dit, de celle de Victor Duruy. Certes, quelques mois plus tôt, la vente, dans les mêmes conditions, de la bibliothèque d’Ernest Renan avait entraîné la publication d’un catalogue très explicite sur l’origine des ouvrages mis aux enchères ; cela avait suscité d’ailleurs une certaine médiatisation, le fils de l’historien défunt accordant même une interview au Temps. Pour Victor Duruy, la vente semble se faire en catimini : la famille ne souhaite visiblement pas faire de publicité.

Quant aux acheteurs, on ne sait pas qui ils sont. Faute de sources, nous ne savons pas ce que sont devenus les livres de Victor Duruy. On peut se faire une idée cependant des personnes présentes dans la petite pièce éclairée au gaz de l’hôtel des ventes[8] :

La clientèle de la maison Silvestre se compose non seulement de tous les libraires de Paris, qui y viennent dans l’intérêt de leur commerce, mais aussi et principalement de tous les amateurs quelconques de livres qui y viennent dans l’intérêt de leur passion.

Si les rares ouvrages présentant un intérêt bibliophilique ont pu intéresser les connaisseurs, l’essentiel a très certainement été débité par lots thématiques de plus ou moins grande importance, acquis par des libraires et des bouquinistes, à charge pour eux d’écouler ensuite leurs prises sur leurs étals.

Triste fin tout de même pour une imposante collection de plus de 6 000 volumes, emblématique de l’historiographie française, et dans une moindre mesure étrangère, du XIXe siècle, patiemment amassée pendant des décennies. C’est l’œuvre d’une vie qui, en six soirées, se trouve irrémédiablement dispersée. On peut s’étonner, s’offusquer même, de cette absence d’intérêt des héritiers, et de ce qui peut sembler une trahison de la mémoire de l’historien défunt, de son œuvre, en même temps qu’une atteinte au caractère patrimonial et quasi-sacré que peut revêtir, à nos yeux, une telle collection. C’est oublier le caractère très utilitaire de cette bibliothèque et le rapport à ces livres très différent chez les contemporains de la mort de Duruy : la plupart des ouvrages, rappelons-le, ne datent que de l’après 1850, voire de l’après 1870. Ils n’ont, en 1895, aucune espèce de valeur liée à leur ancienneté ; et même certains, anciens, peuvent paraître dépassés et désormais inutiles, s’ils n’ont pas d’intérêt bibliophilique. Pourquoi dès lors les héritiers conserveraient-ils cette bibliothèque sans intérêt patrimonial, mis à part certains ouvrages envers lesquels ils éprouvent un attachement sentimental ? Pourquoi se chargeraient-ils de cette collection désormais inutile, aussi consommatrice en place que génératrice de poussière ? Comme ceux de Michelet, comme ceux de Renan, comme ceux de centaines et de centaines d’historiens et de savants du XIXe siècle, les héritiers de Victor Duruy ont choisi de ne pas conserver la bibliothèque du défunt regretté, en considérant peut-être que puisqu’elle était toute sa vie, elle pouvait bien disparaître avec lui.


[1] DELTA-42008 et DELTA-52407.

[2] Arch. nat. : 114AP/1.

[3] Correspondance d’Eugène Fromentin, Paris, CNRS Éd., Universitas, 1995, vol. 2, p. 1519 et 2092.

[4] George Duruy, Albert Duruy, Corbeil, impr. Crété, 1888, p. 21 [consultable sur Gallica].

[5] Mémorial de la Loire et de la Haute-Loire, 24 févr. 1871, p. 3 ; le fait est également évoqué par la Gazette de France, 10 mars 1871, p. 2.

[6] Henri Rochefort, Les Petits Mystères de l’hôtel des ventes, Paris, J. Rouff, 7e éd. 1883 (1862), p. 210 ; Pierre Larousse, « Vente (Hôtel des) », Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle, Paris, Larousse, 18è6, vol. XV, p. 867.

[7] Ibid., p. 101-102.

[8] Ibid., p. 217.



Citer ce billet
Jean-Charles Geslot (2019, 9 octobre). La bibliothèque de Victor Duruy : richesses et lacunes d’un catalogue de vente (1895). BIBLHIS. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lyky

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.