Vers un nouveau sujet de recherche : la bibliothèque d’Emmanuel Le Roy Ladurie

Emmanuel Le Roy Ladurie en 2014
(c) Claude Truong-Ngoc / Wikimedia Commons

Les bibliothèques des historiens : quelques réflexions

La curiosité du chercheur ne connaît pas de limites. Hier, la biographie était un sujet mal vu dans l’enseignement universitaire, aujourd’hui, le nombre de thèses et de livres de cette facture ne cesse de croître. Hier, les historiens ironisaient sur la tentation ombilicale d’explorer leur propre existence, aujourd’hui l’égo-histoire a le vent en poupe. Si l’intérêt de la recherche va si loin – pour rester dans le domaine de l’historiographie – c’est parce qu’étudier la vie des historiens, tout comme cela a été fait avec moins de réticence pour les hommes politiques, les artistes ou les écrivains, c’est explorer plus profondément la « dimension humaine » du travail qui conduit à l’investigation du passé. Après l’avancée de l’histoire de l’historiographie, qui s’intéresse à l’évolution épistémologique du domaine, au contenu des œuvres, au courant des idées et/ou aux méthodes de travail, nous nous retrouvons probablement au seuil d’une nouvelle étape pendant laquelle la recherche n’ignore plus, parfois par fausse pudeur, la vie des historiens avec tout ce qui peut influencer leur création : les difficultés et les bonheurs de la vie, les amitiés et les adversités qui ont marqué leur travail, sans oublier leurs loisirs.

Dans ce vaste éventail de curiosités, le moment est venu de s’intéresser à leurs bibliothèques personnelles selon l’exemple de ceux qui l’ont fait pour des artistes ou des écrivains[1]. L’éclairage apporté par l’exploration du monde livresque des créateurs dans les domaines des beaux-arts et des belles lettres s’avère tout aussi bénéfique pour une meilleure compréhension du travail des scientifiques et des chercheurs dans les sciences humaines et sociales. En effet, comment ignorer la place d’innombrables lectures comme source enrichissante de leur pensée, en général, ou comme source documentaire qui a laissé parfois des traces dans les références bibliographiques citées en bas de page ? Plusieurs travaux l’ont admirablement démontré, qu’il s’agisse de ceux sur les bibliothèques plus spécialisées d’un Marcel Mauss ou d’un Claude Lévi-Strauss[2] ou sur la bibliothèque d’un impressionnant éclectisme intellectuel de Gabriel Tarde[3].

Dans le cadre de cette appétence livresque, les historiens sont pourtant en première ligne : à la différence de leurs confrères des autres sciences humaines et sociales – géographes, sociologues, anthropologues, ethnologues, psychologues, etc. – qui ont un vaste champ d’investigation sur le terrain de la vie sociale, les historiens sont parmi les plus inféodés à l’exploration bibliographique comme indispensable préalable de leur recherche. Même pour les archéologues qui exploitent les résultats de leurs fouilles, et pour les historiens qui font leur pain du blé qui pousse en archives[4], les bibliothèques constituent le cadre vital de leur travail : l’antichambre essentielle pour leur réflexion et construction intellectuelle. Ce n’est pas pour rien qu’à la Bibliothèque nationale de France une salle entière leur est mise à disposition : la fameuse salle « L », la première à être « saturée » en périodes de fortes fréquentations : c’est un ancien bibliothécaire, l’auteur de ces lignes, qui en témoigne !

Vue du rez-de-jardin de la BnF, juin2012
(c) Vincent Desjardins / Wikimedia Commons

Mais si les bibliothèques publiques – y compris celles qui sont attachées aux centres de recherche – sont un espace commun de travail, où les individualités se confondent dans la masse des lecteurs, dans le respect des règles exigées par le partage des sources les plus riches du savoir, les bibliothèques personnelles sont des lieux d’intimité intellectuelle, plus ou moins à l’image de ceux qui les possèdent, reflétant l’histoire de leurs recherches et de leurs vies.

En quoi peut être utile l’étude de ce lien particulier qui s’installe entre l’historien et sa bibliothèque privée ?

Ne nous hasardons pas à répondre avant de rassembler le plus largement possible la matière à réflexion ! D’où la nécessité de s’engager sur cette nouvelle piste de recherche et d’enrichir une expérience qui n’est qu’à ses débuts. Débuts pourtant ô combien prometteurs grâce aux travaux pionniers de : Jonathan Barbier et Natalie Petiteau sur la bibliothèque de Maurice Agulhon ; Catherine Ferreyolle sur le fonds légué par Pierre Couperie ; Felipe Brandi sur les lectures de Georges Duby ; Marie-Cécile Bouju autour de la bibliothèque d’Ernest Labrousse[5], François-Olivier Touati sur les lectures de Marc Bloch[6], etc. Il faut mentionner aussi l’élan impulsé récemment à la recherche sur ce nouvel objet d’études par la constitution du groupe de travail « Biblhis » et sa première journée d’études organisée le 6 mars 2020 à l’Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines[7].

Il faut espérer que l’exploration du contenu d’autres bibliothèques d’historiens va pousser encore plus loin ce projet de recherche. Chaque étude de cas pourra révéler de multiples facettes inédites de l’osmose entre le chercheur et le cadre de références qu’il s’est constitué pour nourrir son travail et sa réflexion. Chaque nouvelle expérience contribuera certainement à tester la méthode exigée par cette étude et à en fonder sa problématique particulière. Car la finalité idéale ne consiste pas à réaliser des inventaires de bibliothèques, plus ou moins riches en informations sur leur constitution et sur leurs spécificités, mais de dépasser cette étape nécessaire afin de découvrir les mystères de l’atelier de l’historien, au plus près des sources de son œuvre et de son esprit. L’étude de sa bibliothèque est indispensable de ce point de vue pour retracer sa biographie intellectuelle et, ce faisant, l’histoire culturelle de son époque.

Peut-être, en réunissant des résultats de plusieurs études du même genre, sera-t-il possible d’arriver à des réflexions plus générales sur l’importance de ces lieux discrets du savoir dans la création historique. L’image de l’historien à son bureau, entouré de ses livres, brossée dans ce même carnet par Jean-Charles Geslot[8] est tout un symbole. Elle nous invite à nous intéresser davantage au contenu de ces livres, à leur sélection, à leur utilisation, aux dédicaces, avec l’espoir de reconstituer une composante majeure de l’univers intellectuel des historiens au moment même où l’édition électronique marque à un changement majeur de paradigme.

Les livres d’Emmanuel Le Roy Ladurie visibles dans l’exposition permanente du Conservatoire de l’agriculture de Chartres (COMPA)

Un projet à ses débuts 

L’intérêt que suscite de ce point de vue la bibliothèque d’Emmanuel Le Roy Ladurie est exceptionnel. Tout d’abord parce qu’elle est le lieu où a travaillé l’un des historiens les plus importants pour l’historiographie française et mondiale. Ensuite, parce qu’elle est en même temps l’espace privé d’étude de celui qui a dirigé le destin de la plus grande bibliothèque du pays, à un carrefour de son histoire, quand la Bibliothèque nationale d’hier est devenue la Bibliothèque nationale de France d’aujourd’hui.

Enfin, parce que sa bibliothèque est riche d’une vielle passion pour les livres présente dans sa famille, depuis son grand-père, le commandant Emmanuel Le Roy Ladurie (1859-1925), en passant par son père, Jacques Le Roy Ladurie (1902-1988). Du premier, il subsiste une collection de plus de mille livres, conservés dans leur reliure rouge – bien que leur contenu soit d’une autre couleur politique, montrant l’intérêt de leur possesseur pour la littérature catholique et royaliste. Installé au château de Villeray, son fils, Jacques Le Roy Ladurie, a ajouté à cet héritage livresque d’autres thématiques en rapport avec son engagement en tant qu’exploitant agricole, militant syndical et spécialiste du monde rural qui lui ont valu sa nomination (compromettante par la suite) comme ministre de l’Agriculture et du Ravitaillement sous Vichy. Mais les curiosités et sensibilités intellectuelles du père d’Emmanuel Le Roy Ladurie allaient au-delà de ces domaines de prédilection, comme le montrent certains livres que le fils a lus chez lui et qui ont marqué sa formation et son parcours intellectuel : l’Histoire de la campagne française (1932) de Gaston Roupnel, sur laquelle il reviendra en 1974 lors de sa réédition, L’Homme, cet inconnu du très controversé Alexis Carrel, prix Nobel de médecine en 1912, l’un des prestigieux invités de son père à Villeray.

La Bibliothèque du grand-père d’Emmanuel Le Roy Ladurie aux Archives départementales d’Eure-et-Loir

Après les errances idéologiques de sa jeunesse communiste – sujet d’un beau livre autobiographique, Paris-Montpellier : P.C. – P.S.U. 1945-1963, Paris, Gallimard, 1982 – l’historien renouera ses liens avec son lieu natal avant de reprendre la propriété du château de Villeray en partage avec sa sœur, Marie Fauroux, épouse de Roger Fauroux, ancien PDG du Groupe Saint-Gobain et ministre de l’Industrie dans le gouvernement de Michel Rocard. C’est ici qu’il fera de longs séjours de repos et de travail, amenant avec lui les innombrables documents indispensables pour ses recherches. Une nouvelle bibliothèque s’est ainsi ajoutée à l’ancienne.

Au fil du temps, ces livres débordent l’espace du château à tel point que l’historien fait construire dans les granges des rayons de bibliothèque, soigneusement organisés par son épouse, Madeleine. Il ne s’agit pas d’un simple lieu de stockage : cette bibliothèque se conjugue avec les collections de son appartement parisien, dans un va-et-vient continu. Faudra-t-il alors parler des bibliothèques de l’historien, ou d’une bibliothèque dans la bibliothèque ? Celle de Paris, le cœur de ses collections, le lieu permanent de son travail d’écriture, et l’autre, dans la campagne de ses ancêtres normands, où il a entassé le plus grand nombre de ses ouvrages – le corps de sa bibliothèque –, le réservoir livresque lors de ses séjours ?

En tout cas, c’est de cette dernière bibliothèque qu’il a dû se séparer en premier. Le 24 juin 2005, Le Midi Libre se fait l’écho d’une information transmise par le Groupe audois de recherches archéologique et ethnographique (GRAE), présidé par Daniel Fabre, selon laquelle Emmanuel Le Roy Ladurie « a fait connaître son désir de céder sa collection ». Mais les « quelque 25 000 à 35 000 ouvrages » semblent poser une question que l’auteur de l’annonce ne cache pas : « Encore une acquisition – écrit-il – qui demandera de l’espace ! [9] ».

Le projet n’est pas pour autant abandonné au bénéfice d’autres lieux d’accueil. En 2009, la plus grande partie de la bibliothèque de l’historien déménage ainsi à Chartres dans les murs des Archives départementales d’Eure-et-Loir, et, pour ce qui concerne les livres sur l’histoire de la ruralité, du Compa, le Conservatoire de l’agriculture [10].

Une partie des livres d’Emmanuel Le Roy Ladurie conservés dans les magasins des Archives départementales d’Eure-et-Loir

Le travail biographique que j’ai consacré au grand maître des Annales, l’auteur de Montaillou, m’a inévitablement conduit vers ces lieux afin de mieux comprendre ses liens particuliers avec les livres qui ont marqué sa pensée et son travail[11]. Mais cette rencontre a réveillé l’intérêt pour une étude scientifique plus approfondie. On ne peut pas regarder ces livres sans penser à leur rôle dans le travail d’un historien qui a marqué l’historiographie de son temps : ici, une dédicace qui cache des amitiés au-delà des conventions du geste, là, un commentaire admiratif ou hostile écrit de sa main sous l’impulsion de l’instant, dans toute la liberté de l’intimité (certains de ses commentaires devraient attendre pour cela des années avant d’entrer dans le domaine public !), là encore, un livre annoté ou même déchiré afin de lui servir à une autre construction historiographique, etc.

Une bibliothèque où respire toujours l’esprit vif d’un grand homme en dialogue avec les livres, sans les contraintes fétichistes du bibliothécaire qui serait horrifié de voir tel livre rempli d’abondantes annotations.

C’est pour tout cela, mais également pour d’innombrables autres raisons que sa bibliothèque appelle à une recherche plus systématique, ouvrant livre après livre, afin de déceler les secrets de son atelier, mais aussi l’impressionnant milieu intellectuel dans lequel il a baigné. Vaste recherche que je n’aurais pas eu le courage d’affronter seul. Je remercie Jonathan Barbier, jeune et talentueux historien, d’avoir bien voulu s’y associer pleinement, apportant l’expérience de ses recherches dans la bibliothèque d’un autre historien prestigieux : Maurice Agulhon[12]. Ensemble, nous avons donc commencé à explorer les collections admirablement conservées dans les deux établissements de Chartres[13]. Sans oublier les autres lieux où Emmanuel Le Roy Ladurie a fait don d’une partie de ses livres : la Bibliothèque nationale de France, Météo-France à Paris, l’Institut Catholique de Vendée à La Roche-sur-Yon. Ensemble, enfin, pour compléter ces recherches, nous avons le privilège de visiter de temps en temps le patriarche des historiens français dans son appartement parisien où il vit entouré d’une autre partie de sa bibliothèque et de son épouse, Madeleine Le Roy Ladurie : c’est à elle, qui a escaladé autrefois avec lui les hauteurs des glaciers alpins, qu’on doit l’organisation des collections de ses livres et la constitution d’un premier répertoire.

On comprendra donc que nos recherches en cours ont cette autre particularité – qui est aussi une chance – de se dérouler parfois dans la bonne compagnie de l’historien et de son épouse, et de profiter de leurs témoignages sur les avatars de sa bibliothèque.

Stefan Lemny

Les images de la bibliothèque d’Emmanuel Le Roy Ladurie sont publiées avec l’aimable autorisation des Archives départementales d’Eure-et-Loir et du Compa – Conservatoire de l’agriculture (Chartres).

Cite this article as: Stefan Lemny, "Vers un nouveau sujet de recherche : la bibliothèque d’Emmanuel Le Roy Ladurie," in BIBLHIS, 26 mai 2020, https://biblhis.hypotheses.org/467.

[1] Bibliothèques d’écrivains ; sous la direction de Paolo D’Iorio et Daniel Ferrer, Paris, CNRS éd., 2001 ; Bibliothèques d’écrivains : lecture et création, histoire et transmission ; sous la direction d’Olivier Belin, Catherine Mayaux et Anne Verdure-Mary, Torino, Rosenberg & Sellier, 2018 ; Ségolène Le Men, « Les bibliothèques d’artistes : une ressource pour l’histoire de l’art », Perspective [En ligne], 2 | 2016, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 09 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/perspective/6872 ; DOI : https://doi.org/10.4000/perspective.6872 etc.

[2] « De Mauss à Lévi-Strauss : les bibliothèques de chercheurs et la construction des savoirs (XIXe-XXe siècles) », Journée d’étude, Calenda, Publié le jeudi 20 décembre 2012, https://calenda.org/233069

[3] Sa bibliothèque est conservée à l’École nationale d’Administration pénitentiaire (Agen), cf. Cécile Campergue, « Louise Salmon (dir.), Le laboratoire de Gabriel Tarde. Des manuscrits et une bibliothèque pour les sciences sociales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 03 décembre 2014, consulté le 10 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/16346

[4] Arlette Farge, Le Goût de l’archive, Paris, Editions du Seuil, 1989, p. 20.

[5] Jonathan Barbier et Natalie Petiteau, « La bibliothèque de Maurice Agulhon : cadre de travail, coulisses de l’écriture, et patrimoine scientifique », Revue d’histoire du XIXe siècle, 47 | 2013, mis en ligne le 31 déc. 2016. [En ligne] et Jonathan Barbier , « Retour sur l’inventaire de la bibliothèque «historiographique» de Maurice Agulhon, » in BIBLHIS, 8 octobre 2019, https://biblhis.hypotheses.org/80. ; Catherine Ferreyrolle, « Le fonds Pierre Couperie : un trésor pour la Cité », Neuvième Art 2.0. La revue en ligne de la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image, mars 2014 [En ligne] ; Felipe Brandi, « Comptes rendus, tirés à part, bibliothèque : ce que lit Duby, ceux qui lisent Duby », dans Georges Duby, portrait de l’historien en ses archives, sous la direction de P. Boucheron et J. Dalarun,  Paris, Gallimard, 2015, p. 161-184 ; Marie-Cécile Bouju, « Autour de la bibliothèque d’Ernest Labrousse », communication au colloque Les Sources de la pensée critique : regards sur les imprimés à l’époque contemporaine (1880-1970), Rouen, janvier 2014 [en ligne].

[6] Voir le programme de la journée d’études « Marc Bloch et ses livres », le 4 avril 2007 à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne : http://rm.univr.it/calendario/2007/Prog/prog-Marc_Bloch.pdf

[7] https://biblhis.hypotheses.org/360

[8] Jean-Charles Geslot, « Les historiens du XIXe siècle en leur bibliothèque, » in BIBLHIS, 10 octobre 2019, https://biblhis.hypotheses.org/152.

[9] « Le Roy Ladurie : 25 000 ouvrages », Midi Libre, 24 juin 2005.

[10] Hugues de Lestapis, « Un beau cadeau aux archives », L’écho républicain, 19 novembre 2009 ; La République du Centre, 26 novembre 2009.

[11] Stefan Lemny, Emmanuel Le Roy Ladurie : une vie face à l’histoire, Hermann, 2018, cf. https://www.editions-hermann.fr/livre/9782705695088 et https://bnf.hypotheses.org/2566

[12] Jonathan Barbier et Natalie Petiteau, loc. cit. Voir aussi https://biblhis.hypotheses.org/203

[13] Avec Jonathan Barbier, nous remercions le personnel de ces deux établissements pour l’accueil très attentif qu’ils nous ont réservé.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.