BIBLHIS lance une enquête sur les bibliothèques d’historiennes et d’historiens

Le groupe BIBLHIS (Jonathan Barbier, LaSSP/BnF ; Jean-Charles Geslot, CHCSC/UVSQ/Université Paris-Saclay ; Agnès Sandras, BnF) a décidé de lancer une grande enquête pour étudier les pratiques et perceptions liées aux livres et aux bibliothèques au sein de la communauté des chercheurs et chercheuses en histoire.

Cette enquête s’adresse donc exclusivement aux historiennes et historiens, c’est-à-dire aux personnes, quel que soit leur statut, qui exercent une activité de recherche originale en histoire (voir précisions sur la page d’accueil du questionnaire). D’autres enquêtes, concernant d’autres catégories de praticiens et de praticiennes de l’histoire mais sans activité de recherche (professeur.es de l’enseignement secondaire, professionnel.les ou du patrimoine, étudiant.es…) pourront être à terme organisées.

Six thèmes ont été dégagés :

  • la constitution des bibliothèques : depuis quand et comment ont-elles été constituées ? Quelles sont les lieux et pratiques d’achat et d’acquisition ? Des bouquinistes aux librairies en ligne, comment les historiennes et les historiens satisfont-ils leur passion (ou tout au moins leur besoin) de livres ?
  • leur composition : que trouve-t-on dans ces bibliothèques ? Quels types d’ouvrages ? Quelles disciplines ? Les historiens lisent-ils autre chose que de l’histoire ? Et quid de ce phénomène récent des bibliothèques numériques au sein de la communauté ?
  • leur organisation : comment les historiennes et les historiens rangent-ils leur bibliothèque (quand elle est rangée !) ? On saura enfin si ce sont les périodes, les formats ou les couleurs qui l’emportent ! A moins que ce ne soit le désordre…
  • leur installation : des petits appartements de centre-ville aux greniers des résidences secondaires, où sont les bibliothèques, dans quel type de meubles (en bois, comme chez Jacques le Goff, ou en verre, comme chez Arlette Farge ?). Et comment sont-elles agencées… et exposées aux regards ?
  • leur gestion : comment historiennes et historiens gèrent-ils leurs livres ? Et trouve-t-on sur leurs étagères autre chose que des livres, par exemple des photos, comme chez Mona Ozouf, des amphores, comme chez Georges Duby, ou bien… des jambes de mannequin comme chez Paul Veyne ?
  • leur devenir : comment voit-on l’après ? Comment envisage-t-on l’avenir de ces bibliothèques, leur conservation, leur transmission, quand elles ne seront plus utilisées ?

Pour participer à l’enquête (pour une vingtaine de minutes maximum), c’est par ici.

Merci d’avance pour votre participation !

Cite this article as: Jean-Charles Geslot, "BIBLHIS lance une enquête sur les bibliothèques d’historiennes et d’historiens," in BIBLHIS, 10 juin 2020, https://biblhis.hypotheses.org/489.

2 réflexions sur « BIBLHIS lance une enquête sur les bibliothèques d’historiennes et d’historiens »

  1. Bonjour,
    Et Oh que je suis curieuse de lire les résultats et commentaires de votre enquête !
    Si les historiens de l’art font partie du panel, je répondrai volontiers, sans votre aval, je m’en garde pour ne pas polluer les réponses !
    Delphine Desveaux
    Directrice des Collections photographiques Roger-Viollet / BHVP / Ville de Paris
    (Docteure en Histoire de l’art et historienne de la photographie, d’où ma question !)

    1. Chère collègue, un grand merci pour votre intérêt pour cette enquête. Il est vrai que la distinction histoire/histoire de l’art est difficile, et que si beaucoup d’historien.nes ne peuvent pas se dire historien.nes de l’art, beaucoup d’historien.nes de l’art peuvent se considérer comme historien.nes. Si vous êtes dans ce dernier cas, vous pouvez tout à fait participer à l’enquête !
      Bien cordialement,
      JCG.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.