Focus sur les dons de bibliothèques constituées : à propos d’une recherche en cours à l’Enssib

Elève-conservatrice à l’Enssib, Anne-Charlotte Pivot nous livre les premiers résultats d’une enquête qu’elle réalise sur un corpus de « bibliothèques constituées » d’enseignants-chercheurs, dont une quarantaine sont des bibliothèques d’historiennes ou d’historiens.

Qu’entend-t-on par « bibliothèque constituée » ? Dans le cadre de l’enquête que je suis en train de réaliser auprès des enseignants-chercheurs et des professionnels des bibliothèques, est considérée comme une bibliothèque « constituée », toute bibliothèque personnelle composée de plusieurs centaines d’imprimés[1], donnée ou léguée à un établissement public, et ayant appartenu à un enseignant-chercheur.

Depuis la mise en place du dispositif CollEx-Persée (2017-2022), de plus en plus de professionnels des bibliothèques et d’enseignants-chercheurs étudient, documentent et valorisent des bibliothèques « constituées ». Comment ? Pourquoi ? Considérées comme de véritables « archives » par les enseignants-chercheurs, ces bibliothèques sont à la fois des sources et des ressources. Leur étude permet d’une part de mieux comprendre l’œuvre, la circulation des concepts et les réseaux relationnels du détenteur[2], et d’autre part de contribuer à la « patrimonialisation » d’un champ disciplinaire.

Pour les professionnels des bibliothèques, en revanche, les dons de bibliothèques « constituées » d’enseignants-chercheurs sont à la fois appréciés et redoutés. En effet, si depuis quelques années, les établissements s’intéressent davantage à ce type de dons en raison de leur valeur scientifique, la réduction générale des moyens humains, financiers et matériels, ainsi que le manque d’espaces de stockage, poussent de nombreuses bibliothèques à rationaliser leurs politiques documentaires et à refuser partiellement ou intégralement une partie de ces dons de chercheurs. Face à ces constats, grand nombre d’établissements cherchent désormais à savoir comment se positionner vis-à-vis de ces dons d’envergure et de quelles façons les intégrer à leurs collections sans prendre le risque de passer à côté d’un fonds intéressant.

Aspects méthodologiques

Le présent billet s’inscrit dans le continuum de mon mémoire d’études de conservatrice des bibliothèques stagiaire. Actuellement en formation à l’École nationale des sciences de l’information et des bibliothèques (Enssib), je travaille sur les dons de bibliothèques « constituées » d’enseignants-chercheurs conservés dans les bibliothèques d’enseignement supérieur et de recherche françaises, sous la direction d’Anne-Elisabeth Buxtorf, directrice du Département des publics à la Bibliothèque nationale de France (BnF). Les objectifs de ce mémoire sont les suivants :

  • Cartographier les bibliothèques « constituées » d’enseignants-chercheurs présentes dans les établissements d’enseignement supérieur et de recherche français
  • Mettre en lumière les pratiques professionnelles actuelles concernant le traitement, la conservation et la valorisation de ce type de don en bibliothèque
  • Réaliser un état des lieux du positionnement des établissements à l’heure de la rationalisation des politiques documentaires
  • Confronter les points de vue des professionnels des bibliothèques et des enseignants-chercheurs

Le corpus d’étude

Côté corpus, l’étude ne se cantonne pas qu’aux bibliothèques d’historiennes et d’historiens. Elle s’étend à l’ensemble des bibliothèques « constituées » d’enseignants-chercheurs. Cependant, la cartographie des fonds réalisée dans le cadre de cette étude a dévoilé une prédominance des dons de bibliothèques d’historiennes et d’historiens. Au total, 44 fonds ont été localisés dans des établissements français, un chiffre conséquent au vu du caractère exceptionnel de ce type de don.

Les enquêtes

Côté enquêtes, un questionnaire à destination des professionnels des bibliothèques a été réalisé sur Google Forms de façon à récolter des données quantitatives et qualitatives surles pratiques documentaires des établissements. Au total, 20 établissements ont répondu à cette enquête. Un nombre de réponses satisfaisant pour établir une typologie des fonds ainsi que des constats généraux sur la question, bien que cette enquête ne puisse prétendre à l’exhaustivité. Parallèlement à ce questionnaire, des entretiens semi-directifs ont été menés auprès de professionnels des bibliothèques et d’enseignants-chercheurs ayant été confrontés à ce type de don. A l’heure actuelle, 15 professionnels ont choisi cette modalité d’enquête.

Essai de typologie des dons de bibliothèques « constituées » d’historiens et d’historiennes

Dresser une typologie des bibliothèques personnelles d’historiens et d’historiennes est un exercice complexe qui consiste à analyser les traits caractéristiques de ces bibliothèques tout en mettant en valeur leurs spécificités afin de les classer par type(s). D’après les résultats de cette enquête, on distingue quatre types de bibliothèques « constituées » d’historiens et d’historiennes :

  • Des bibliothèques de travail centrées sur une période historique
  • Des bibliothèques « encyclopédiques » mettant en exergue les divers centres d’intérêt de l’enseignant-chercheur
  • Des bibliothèques composées exclusivement d’imprimés
  • Des bibliothèques mixtes[3] (composées d’archives et d’imprimés)

Méthodologie

Orienté bibliothéconomie, cet essai de typologie a vocation à analyser les caractéristiques « extrinsèques » des bibliothèques « constituées » d’historiens et d’historiennes à partir des données quantitatives récoltées lors de l’enquête. Le contenu de ces dons ne sera donc pas étudié dans le cadre de cette étude. En effet, les résultats de l’enquête à eux seuls ne permettent pas de connaître en détail les caractéristiques « intrinsèques » de ces bibliothèques.

Afin de comparer les bibliothèques d’historiens et d’historiennes entre elles, plusieurs critères ont été sélectionnés en fonction de leurs caractéristiques les plus communes :

  • La volumétrie des fonds
  • Les périodes historiques les plus représentées
  • La localisation des fonds
  • Le type d’établissement détenteur

Echantillon

Cet essai de typologie se fonde sur l’étude de quarante-quatre dons de bibliothèques d’historiennes ou d’historiens. Bien que non-exhaustif, cet échantillon conséquent permet déjà d’identifier les grands traits caractéristiques de ces bibliothèques personnelles (périodes historiques les plus représentées, volumétrie des dons, localisation des fonds).

Tableau Excel répertoriant les bibliothèques « constituées » d’historiens et d’historiennes identifiées (cliquer pour agrandir).

Les premiers résultats

D’après le tableau ci-dessus, on constate que les établissements détenteurs de bibliothèques « constituées » sont essentiellement des bibliothèques universitaires et des grands établissements :

  • 8 bibliothèques universitaires
  • 7 grands établissements parisiens
  • 2 bibliothèques de laboratoire
  • 1 bibliothèque de recherche

Côté volumétrie, les bibliothèques d’historiens et d’historiennes sont assez massives. Près de 40 % des fonds identifiés sont composés de 1000 à 2000 volumes et environ 50 % des bibliothèques « constituées » comprennent 2000 à 5000 volumes. Une volumétrie conséquente qui s’explique par les pratiques documentaires des historiens et des historiennes qui travaillent à partir de sources papier.

Côté localisation, les fonds identifiés dans le tableau qui figure ci-dessus sont à 58 % détenus par des établissements parisiens. Ce pourcentage s’explique par la présence historique de grands établissements et bibliothèques universitaires françaises à Paris. Mais, depuis la mise en place du dispositif CollEx-Persée, un grand nombre d’établissements hors agglomération parisienne reçoivent ce type de dons. D’après cette enquête, 20 % des dons de bibliothèques « constituées » d’historiens et d’historiennes sont entrés dans les collections d’établissements non parisiens grâce à ce groupement d’intérêt scientifique (GIS). Citons pour exemple les dons d’historiens spécialistes de l’histoire des Caraïbes à l’université des Antilles ou les fonds d’historiens spécialistes de l’Espagne au SCD de Toulouse.

In fine, si l’on s’intéresse à la question des donateurs, on constate que les historiens et les historiennes, quel que soit leur domaine de spécialité, font don de leurs bibliothèques « constituées » à des établissements publics, à l’exception des historiennes et historiens de l’antiquité.

Période(s) historique(s)Nombre de fonds
Histoire antique1
Histoire médiévale (Ve-XVe)11
Histoire moderne (XVIe-XVIIIe)12
Histoire contemporaine (XIXe-XXIe)13
Inclassables[4]7

Focus sur l’exemple sui generis de la bibliothèque « constituée » de l’historien des sciences Guy Beaujouan (1925-2007)

Considéré comme l’un des pionniers de l’histoire des sciences au Moyen-Âge, Guy Beaujouan s’est intéressé, tout au long de sa carrière d’historien, à de multiples disciplines scientifiques telles que l’astronomie, les mathématiques, la médecine. Avant son décès, survenu en 2007, il a fait don de sa bibliothèque personnelle, composée de 2875 volumes à l’École nationale des Chartes.

Photographie d’une partie des rayonnages du fonds Guy Beaujouan, cote spécifique « GB », conservé au deuxième étage de la bibliothèque de l’Ecole nationale des Chartes[5]. (c) Ecole nationale des Chartes

Pourquoi cet exemple ? La bibliothèque « constituée » de Guy Beaujouan fait office de véritable fonds « encyclopédique ». Du fait de ses spécificités, il est l’un des rares dons de bibliothèques d’enseignants-chercheurs à avoir fait l’objet d’une exposition virtuelle. Dans le cadre de cette exposition intitulée, Exposition autour du don de la bibliothèque de Monsieur Guy Beaujouan, l’Ecole nationale des Chartes a numérisé et estampillé l’ensemble des imprimés présents dans ce don[6]. L’établissement a également établi une classification des ouvrages par disciplines, aires géographiques et types de documents pour faciliter la navigation des usagers dans cette bibliothèque reconstituée virtuellement.

Classification de la bibliothèque personnelle de Guy Beaujouan

Toutefois, la bibliothèque de Guy Beaujouan n’est pas la seule bibliothèque d’historien à avoir fait l’objet d’une valorisation. A titre d’exemple, une journée d’étude a été organisée en hommage à l’historien Gilbert Meynier, spécialiste de l’histoire de l’Algérie, après son décès, par l’ENS de Lyon et la Bibliothèque Diderot de Lyon (BDL) : Écrire l’histoire de l’Algérie : dans les pas de Gilbert Meynier (2019).

Conclusion

La soutenance de ce mémoire d’études est prévue pour mars 2021. L’état des lieux des bibliothèques « constituées » d’enseignants-chercheurs qui figure dans cet article n’est donc pas définitif. Il s’agit d’une première analyse des résultats de l’enquête menée auprès des enseignants-chercheurs et des professionnels des bibliothèques. Toutefois, il est peu probable que les résultats de cette enquête évoluent au point de redéfinir complètement les caractéristiques des bibliothèques d’historiens et d’historiennes énumérées dans ce billet. Aussi, il est fort possible que de nouveaux fonds viennent s’ajouter à la liste des bibliothèques déjà répertoriées dans ce billet.

Anne-Charlotte Pivot, élève-conservatrice des bibliothèques (Enssib) anne-charlotte.pivot@enssib.fr


[1] Les imprimés n’incluent pas les archives de chercheurs, les fonds sonores, les documents dématérialisés. Sont considérés comme des imprimés : les monographies, les périodiques, les revues.

[2] Ségolène Le Men, « Les bibliothèques d’artistes : une ressource pour l’histoire de l’art », Perspective [En ligne], 2 | 2016, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 28 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/perspective/6872

[3] Certaines historiennes ou historiens ont donné ou légué à la même institution leur bibliothèque personnelle et leurs archives de travail. Mais ces cas de figure restent rares, les bibliothèques n’étant pas des centres d’archives. Aussi, la question des archives de chercheurs ne sera pas traitée dans ce billet étant donné qu’elle n’entre pas dans le périmètre de recherche de ce mémoire d’études.

[4] L’histoire des mathématiques, des sciences et des techniques s’étend de la préhistoire à nos jours. Il est donc difficile de classer ces disciplines par période(s) historique(s) sans connaitre le contenu exact de ces bibliothèques.

[5] Photographie transmise par la directrice de la bibliothèque de l’Ecole nationale des Chartes, madame Degez-Selves.

[6] Cette exposition virtuelle est susceptible de disparaitre temporairement du site web en raison de la refonte de la bibliothèque numérique de l’établissement qui doit avoir lieu d’ici la fin de l’année 2020.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.