« Les bibliothèques sont de quelque utilité dans la profession d’historien » : les historien(ne)s et leurs bibliothèques

Les historien(ne)s ont souvent une appétence particulière pour l’histoire de leur bibliothèque. Ivan Jablonka, « historien sensible à [s]on historicité1 » glisse par exemple dans son autobiographie (ou socio-histoire) deux éléments sur sa propre bibliothèque. Le premier n’est pas un ouvrage mais … « sa plaque d’immatriculation [du camping-car paternel], qui vit aujourd’hui une deuxième vie sur un rayonnage de ma bibliothèque, rectangle de métal parmi les rectangles de papier, est la couverture d’un livre jamais écrit sur laquelle un peintre aurait blasonné mon enfance2 ». Le second est À la recherche du temps perdu, lu pour préparer le concours d’entrée à l’ENS, et dont l’auteur ne précise pas s’il se trouve aujourd’hui en sa propre bibliothèque ou dans la collection maternelle : « J’ai retrouvé dernièrement, glissé dans le premier volume de ma Pléiade (celle de ma mère, en fait), le programme de l’opéra de Sante Fe (….) ». En peu de lignes, ces éléments donnent une idée de la complexité de la constitution d’une bibliothèque : les apports familiaux (in)conscients3, les strates souvent conservées des études, les objets jalonnant les rayonnages, les souvenirs glissés entre les feuilles, le tout reflétant le livre en germe (ici En Camping-car).

Mais que contiennent les étagères des historien(ne)s ? Leurs propres archives ? Des livres qu’ils (elles) ont lus ou désiré lire un jour ? Des ouvrages qu’ils (elles) jugent incontournables pour leurs recherches ? Leurs propres productions y ont-elles une place spécifique ? Comment classent-t-ils (elles) leurs livres ? Se préoccupent-t-ils (elles) du devenir de leurs bibliothèques ? Créé pour répondre à ces questions, et pour en susciter bien d’autres, le groupe BiblHis a présenté ses premières pistes de recherche aux Rendez-vous de l’Histoire à Blois (2019). Une première journée d’études à Saint-Quentin en Yvelines a confirmé la pertinence de ces thématiques, comme le succès d’une enquête en ligne sur les historien(ne)s et leurs bibliothèques aujourd’hui. Si l’objet de l’étude pouvait apparaître presque désuet (ne croyait-on pas se diriger au moment de la création de BiblHis vers un monde où devaient prévaloir les livres numérisés ?), le(s) confinements liés à la pandémie ces derniers mois ont remis au centre la bibliothèque (pièce(s) / meuble(s) / collections), tout en confirmant les services rendus par les bibliothèques numériques institutionnelles. Alors « enfermé(e)s » en leurs bibliothèques, certain(e)s historien(e)s ont fait cours à leurs étudiants, échangé avec leurs collègues « en distanciel » et choisi d’exposer via la caméra – ou de ne pas montrer (et c’est tout aussi important) – leurs rayonnages chargés de livres. D’autres ont trié leurs bibliothèques, en ont troqué virtuellement les contenus, etc.

La constitution des bibliothèques, leur organisation physique et même leur monstration répondent à des invariants, des stéréotypes, et des fantaisies de toutes sortes. Poussière et livres éclectiques en désordre, ou reliures en cuir rutilantes habilement organisées peuvent (co)habiter l’imaginaire des historien(ne)s et conditionner la présentation de leurs bibliothèques, en-dehors bien entendu des considérations matérielles. L’antre savant est à la fois le cocon préservé du monde extérieur, voire des contingences familiales, un territoire où l’historien règne en maître, peut surligner les ouvrages, corner des pages, et lire autre chose que de l’histoire. Le groupe BiblHis reviendra sur ces usages.

La bibliothèque est aussi ce que l’on montre (ou montrait ?) de la construction de son moi savant(e) en certaines occasions, et de ses héritages matériels et culturels. Transformant Bouvard et Pécuchet en apprentis historiens, Flaubert les faisait hériter d’une bibliothèque soigneusement conçue par un notaire, contenant les noms d’historiens réputés. Les deux acolytes se déplaçaient à la bibliothèque de Caen lorsque leurs recherches exigeaient des livres plus rares ou de l’iconographie4. Flaubert identifiait donc deux territoires pour nos historiens en herbe : le cocon de la bibliothèque privée fournie en sommes érudites ; les délices menaçantes de la bibliothèque institutionnelle qui recelait des sources moins codifiées.

Un demi-siècle plus tôt, un journaliste anonyme du Figaro décrivait la difficile existence de l’historien, terme désignant sous sa plume le jeune professeur en histoire frais émoulu de l’université, envoyé à ses débuts en province loin des bibliothèques institutionnelles, et n’ayant pas les moyens de constituer ses propres collections :

Après un concours fertile en épreuves herculéennes, le professeur est envoyé en province, à Tartas. Il emporte ses cahiers d’histoire, l’art de vérifier les dates, sept kilogrammes d’ordres chronologiques, et l’espérance. À Tartas, il trouve trois élèves et pas une bibliothèque. Or, les bibliothèques sont de quelque utilité dans la profession d’historien. Il y a dans Tartas et les environs la riche collection de M. d’Arpagnac, ex-sous-préfet qui possède les classiques de M. Pankouke [sic], Télémaque, l’Ami des Enfants de Berquin, et le Dictionnaire des Hommes illustres de l’abbé Ladvocat. Pas le moindre Montfaucou [sic], pas même Anquetil.

L’historien se !ivre alors à l’éducation de ses trois disciples, et lit assidûment Télémaque, dont il compose pour l’ordinaire une clé qu’il destine à voir le jour. Dix ans se passent ainsi : chaque jour enlève une feuille aux cahiers d’histoire et une date aux programmes ; au bout de deux ans, l’histoire de France ne commence pour cet historien qu’à Childebert II et finit à la révocation de l’édit de Nantes. Après quatre ans, il n’y a plus de Mérovingiens, et les Bourbons sont supprimés.

Lorsque l’historien est rappelé dans la banlieue de Paris, le traité de Pecquigny [sic] est l’alpha du livre la Saint-Barthélemy l’oméga. Le reste est oublié du maître, et les élèves n’en ont jamais ouï parler, ils n’en soupçonnent pas l’existence5.

Livres trop chers alors que les bibliothèques étaient de « quelque utilité dans le métier d’historien », livres à foison quand les éditions de poche ont permis à tous de lire Braudel ou Duby, éditions électroniques aujourd’hui dans des appartements où la place manque (ou retour au papier dans des exodes hors de la ville ?), les bibliothèques d’historien(ne)s portent entre autres les strates des constructions intimes, de l’aventure éditoriale, et du monde extérieur. Pour en savoir davantage, lisez les premiers résultats de notre enquête, en ligne ici  sur le site de L’Histoire.

« Où diable se trouve mon Homère ?« , La Jeunesse amusante, 1er janvier 1897 . Gallica (BnF).
Cite this article as: Agnès Sandras, "« Les bibliothèques sont de quelque utilité dans la profession d’historien » : les historien(ne)s et leurs bibliothèques," in BIBLHIS, 9 avril 2021, https://biblhis.hypotheses.org/526.

 

 

 

 

  1. Ivan Jablonka, En camping-car, Seuil, 2018. Page 144. []
  2. Ibid., page 16. []
  3. Les deux indications données par Ivan Jablonka sont éminemment symboliques et renvoient à sa construction d’historien : « C’est mon père qui, par l’obstination de ses questionnements, la précision de sa mémoire et l’acuité de sons sens critique (qu’il n’a jamais épargné à aucun rescapé d’Auschwitz), m’a appris à raisonner en historien. C’est ma mère qui m’a nourri et cultivé, exigeant de moi avant que je sache vouloir ». En Camping-car, page 112. []
  4. Voir Agnès Sandras, « Bouvard et Pécuchet : les historiens du XIXe siècle bousculés », Blog Gallica, octobre 2017. []
  5. « Du sort des professeurs – l’historien », Le Figaro, 18 février 1838. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.