La “bibliothèque de l’oncle”: histoire emblématique ?

Dessin de Varé illustrant “Mon oncle et sa bibliothèque”, Le Petit Parisien, 9 novembre 1926. Gallica (BnF).

 

« Mon oncle et sa bibliothèque » : un texte humoristique sur la bibliothèque d’un historien local ?

Dans les pages du Petit Parisien Hervé Lauwick raconte en 1926 comment un héritier n’a pas déniché à temps l’argent que son oncle avait dissimulé dans l’ouvrage « épouvantable » d’un historien. Ces « propos de bonne humeur », primesautiers, ont mal vieilli, révélateurs des préjugés des classes les plus aisées sur les ouvriers dans les années 1920. Mais la représentation d’une bibliothèque qu’offre l’illustration de ce texte est rare dans les journaux de cette période. D’autre part, la polarisation de l’auteur sur un historien ayant vraiment existé (Michelet, auteur de La Mer) et la fabrication d’un titre imaginaire (l’Histoire des Gaulois et des Saxons, par Duvergier de Rampignon) mais vraisemblable1 intriguent.

Jules Michelet, La Mer, Paris, Michel Lévy frères, 1875, 6ème éd. Gallica (BnF).

L’auteur a-t-il totalement pris au hasard ses exemples ? Et pourquoi se met-il en scène, puisque l’oncle écrit à un certain « Hervé » ? Jugez-en plutôt …

” Propos de bonne humeur”

MON ONCLE ET SA BIBLIOTHÈQUE

J’avais un oncle qui était un excellent homme ; il l’a bien prouvé en mourant, car il m’a légué un château tout à fait réussi et joli, qui contenait une belle bibliothèque.

Dans la bibliothèque, il n’y avait que dix mille volumes ; mais je ne me sers des livres que pour caler des meubles ; c’était, pour moi, archisuffisant.

Les livres ! Un romancier que je connais et qui écrit des livres sur les tropiques n’a jamais dépassé, à ma connaissance, la place Pereire à l’ouest, ni Saint- Augustin à l’est. Jamais de la vie vous ne lui ferez lire des livres. Je ne tiens pas à savoir ce que pense de la mer le nommé Michelet, qui n’était seulement pas capitaine au long cours, et à connaître les voyages du sieur Athenaël, par un Anatole France qui n’y était pas. Quand je vois que M. Cognacq n’a pas écrit la Samaritaine, et que ce magasin a été décrit en vers par Rostand, qui n’y était jamais entré, cela me dégoûte de la littérature. Ah ! ça… Des livres, qu’en ferais-je ?

Je ne m’occupai donc pas le moins du monde de la bibliothèque de mon oncle.
Je fus tout à fait étonné lorsque je vis un ouvrier serrurier, qui avait travaillé chez moi par le plus grand des hasards à l’ouverture difficile d’une armoire, me demander l’autorisation de revenir me voir et de travailler dans ma bibliothèque, qu’il avait pu admirer en passant.
– Travailler à quoi ? lui dis-je.
– Étudier, m’instruire, me dit-il. Et les cours du soir ne me suffisent vraiment pas. Je voudrais passer mon baccalauréat, me confia-t-il en rougissant.

Il s’excusa en disant qu’il venait d’acheter un stock de chemises mauves à la liquidation des magasins des Classes Laborieuses, et qu’il eût été content d’obtenir les palmes académiques pour « mettre avec »…

Je sus plus tard que son frère avait obtenu, par une erreur de l’inspection d’académie, le certificat d’études primaires au lieu et place du certificat de vaccine qu’il méritait ; il en avait depuis lors été jaloux et voulait égaler ce degré d’instruction, en espérant évidemment qu’au lieu du certificat d’études on ne lui donnerait pas un certificat de vaccine.
J’encourageai ses efforts. Je dis qu’il pouvait revenir. Il sembla enchanté.
– Je reviendrai, me dit-il.

Et, en effet, durant plusieurs jours, il s’installa dans ma bibliothèque. Je ne le dérangeais jamais dans son travail.
J’entendais le bruit des feuilles froissées.
Et puis, je le perdis de vue. Et quand je le rencontrai de nouveau, il me sembla avoir fait fortune. L’instruction et le travail profitent toujours aux courageux.
Il avait une cravate verte, un feutre en vrai lapin, une automobile aux pneus dégonflés et une femme rousse et mécontente. Dieu accorde le bonheur sur terre aux vaillants qui le méritent. Mais on me dit que l’origine de sa fortune était d’abord un héritage.

Je n’y songeai plus jusqu’au mois dernier. Et puis, un beau jour, j’entr’ouvris mon armoire, pour retrouver mon parapluie, que je croyais avoir mis en rang avec les épingles de cravate, un soir où j’étais ivre. Je ne le retrouvai pas. Mais un papier soigneusement plié retomba de l’armoire à mes pieds. Il contenait ces mots :

Mon cher Hervé,

En te léguant ma maison, il est un détail que j’ai oublié dans mon testament.
Nous sommes en des temps troublés, où il est bon parfois de trouver quelque argent qu’on puisse emporter sur soi. Trente mille francs de mon héritage, au moins, échapperont au fisc et même au notaire.
Ils sont cachés avec soin entre les feuilles de l’Histoire des Gaulois et des Saxons, par Duvergier de Rampignon ; tu n’auras pas de peine à les y trouver ; et personne jamais n’aura l’idée de les chercher là ; pour ouvrir un livre si épouvantable, il faut être idiot ou prévenu.

Hervé Lauwick, ” Propos de bonne humeur – Mon oncle et sa bibliothèque“, Le Petit Parisien, 9 novembre 1926.

Mais qui sont l’auteur de ce texte  et son “oncle” ?

Hervé Lauwick (1891-1975) a eu son heure de célébrité : journaliste de presse -notamment au Figaro -,  auteur d’ouvrages et comédies à succès2, il a parmi ses amis Sacha Guitry et Alphonse Allais. Passionné par les modes de transport nouveaux, il pilote avions, motocyclettes et voitures qu’il met en scène dans ses écrits.

Hervé Lauwick pratique suffisamment l’auto-dérision pour se mettre en scène dans la peau d’un non-lecteur. Mais d’où vient alors la bibliothèque, dont le texte nous indique qu’elle appartient à un château, et Hervé Lauwick a-t-il un oncle intéressé par les ouvrages d’histoire ?

Supposant que Hervé Lauwick peut raconter une histoire vraie ou à moitié vraie, je me suis engagée dans une enquête à rebondissements. En effet,  la requête « Hervé Lauwick + château » aboutit sur internet à un château et quel château ! Il s’agit de celui dont on murmure qu’il a pu inspirer les plans de la Maison Blanche (ou l’inverse … !), le château de Rastignac, à la Bachellerie (Dordogne).

Château de Rastignac. Par MOSSOT — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=9042762

Pour comprendre comment Hervé Lauwick, son frère Jacques, sa sœur Ghyslaine  et leur mère Anne ont pu séjourner dans ce château, il m’a fallu de longues recherches dans les bases généalogiques et les blogs.

Le 9 août 1855, Joseph-Auguste de Peyronny épouse à Orléans Marie-Victorine Chagot. Il a 32 ans, est capitaine d’État-major du Génie et il est né à Rigagnac (Dordogne). Elle a 21 ans et ses parents sont propriétaires à Orléans3. En septembre 1859, toujours à Orléans, est déclarée la naissance de Henri Marie Georges de Peyronny, par son grand-père Chagot et ses deux oncles maternels, François Marie Anatole, directeur de la compagnie orléanaise de l’éclairage au gaz, et Hippolyte Marie Edmond, capitaine au long cours4.

En 1878, Joseph-Auguste rachète le château de Rastignac à la famille de La Rochefoucauld 5. Il meurt le 21 octobre 1893 au château, veuf de  Marie-Victorine Chagot, décédée le 30 janvier 1886 également  à Rastignac6. Joseph-Auguste est alors maire de la commune de Labachellerie7. Leur fils, Georges, capitaine à la retraite, devient propriétaire du château que lui ont légué ses parents.

Annuaire des châteaux et des départements : 40.000 noms & adresses de l’aristocratie, du high life, de la colonie étrangère, du monde politique, de la magistrature, de l’armée, du clergé, des sciences, lettres et beaux-arts, de tous les propriétaires des châteaux de France, etc. etc., avec notices descriptives, anecdotiques & illustrations, 1897. Gallica (BnF).

Il meurt au Bouscat (Gironde) le 6 avril 19218, sans descendance semble-t-il.  Marie-Victorine, sa mère, avait quant à elle trois frères, les deux évoqués plus haut et Ludovic né en 1835 à Paris9. Comme son frère, Ludovic Chagot a travaillé dans l’industrie du gaz. Il a été directeur de l’usine à gaz portatif, à Saint-Jean-de-Braye10. Il est un fidèle de la Société archéologique et historique de l’Orléanais dont il est membre depuis au moins la décennie 1860. À partir de 1878, il donne pour adresse la demeure de Rastignac : il a donc rejoint sa sœur et son beau-frère en Dordogne dès l’achat du château et y reste après leur mort11. Ludovic Chagot meurt en 191612.

J’ai quelque peu peiné à retrouver le lien entre les Peyronny et Hervé Lauwick. En effet, ce dernier évoque dans ses ouvrages son « oncle Georges de Peyronny13». La formulation est reprise telle quelle dans différents articles sur internet. Or les Lauwick sont les enfants de la cousine germaine de Georges de Peyronny (Anne), et les petits-neveux de Ludovic Chagot.

On se rappelle en effet que Ludovic et Marie-Victorine Chagot avaient deux autres frères. En février 1890, la fille de Marie-Edmond Hippolyte Chagot, Louise-Marie-Anne, épouse Philippe Octave Lauwick14. Ils ont trois enfants : Hervé, Jacques (qui devient journaliste à Vogue), Ghyslaine.

Comment expliquer qu’Hervé Lauwick semble considérer le cousin germain de sa mère, Georges de Peyronny, comme son oncle ? Les liens semblent forts selon les témoignages : les trois enfants et leurs parents viennent régulièrement au château. D’autre part, Hervé voit peut-être comme un seul oncle Georges de Peyronny et Ludovic Chagot. Les deux hommes sont proches (voir sur le blog Le Bachelier15 une photographie qui serait celle des deux hommes) et ont un goût commun pour l’histoire. Georges écrit par exemple pour le Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord l’historique du château de Rastignac depuis  le Moyen Age à l’achat par son père …

Extrait de : Georges de Peyronny, “Une commune rurale en Périgord: La Bachellerie“, Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, 1909, page 394. Gallica (BnF)

Et la bibliothèque (de « mon oncle ») dans tout ça ?

Malgré les apparences (!), ce long détour généalogique nous ramène à une bibliothèque de 10 000 ouvrages, située dans un château. Rappelons-nous ce que dit Hervé Lauwick : « J’avais un oncle qui était un excellent homme ; il l’a bien prouvé en mourant, car il m’a légué un château tout à fait réussi et joli, qui contenait une belle bibliothèque ».

On peut donc supposer qu’Hervé Lauwick, qui mêle habituellement détails privés et humour, évoque la bibliothèque d’un oncle générique épris d’histoire et d’archéologie. Ironisant sur les nouveaux territoires de l’histoire, Lauwick se permet d’égratigner Michelet et son ouvrage sur la mer et fabrique une référence à un  ouvrage imaginaire (l’Histoire des Gaulois et des Saxons, par Duvergier de Rampignon). Son anecdote est-elle véridique ? Faut-il, pour faire rire dans les années 1920, imaginer que seul un ouvrier en quête d’instruction ou un héritier prévenu qu’il peut se cacher des billets dans un livre,  feuillettera l’Histoire des Gaulois et des Saxons ? Nous n’en saurons rien, mais peut-être le récit est-il révélateur des remords de Lauwick qui conserverait la bibliothèque familiale sans véritablement en profiter, nous ramenant ainsi à l’une des thématiques majeures de la recherche de notre groupe BiblHis. Que deviennent en effet les bibliothèques d’historien(ne)s, ou des férus d’histoire, emplies d’ouvrages connus et moins connus, dont les héritiers ne savent généralement que faire  il y a un siècle comme aujourd’hui ?

Si ce texte évoque une bibliothèque peut-être proche de celle constituée par de Peyronny et Chagot, la véritable bibliothèque de Rastignac est vraisemblablement  détruite lorsqu’une division nazie pille et incendie le château en 1944…

= > Ci-dessous le texte et son illustration tels qu’ils apparaissent dans Le Petit Parisien en 1926. Cliquez sur les flèches pour ouvrir le lecteur.

=> Le blog qui a aidé à l’identification des personnages-clé est le blog http://la-bachellerie.over-blog.com/2015/07/chateau-de-rastignac.html 
=> Vous en saurez plus sur le château de Rastignac en regardant le reportage de France 3 Nouvelle Aquitaine ici
Cite this article as: Agnès Sandras, "La “bibliothèque de l’oncle”: histoire emblématique ?," in BIBLHIS, 29 novembre 2021, https://biblhis.hypotheses.org/543.

  1. On songe aux recherches contemporaines du médiéviste Ferdinand Lot sur les migrations saxonnes en Gaule : Ferdinand Lot, “LES MIGRATIONS SAXONNES EN GAULE ET EN GRANDE-BRETAGNE DU III          e          AU V          e          SIÈCLE.” Revue Historique, vol. 119, no. 1, Presses Universitaires de France, 1915, pp. 1–40. []
  2. On peut l’entendre évoquer sa pièce Histoires très naturelles dans une émission de 1947 : Paul Guimard, « Tribune de Paris – Le théâtre comique » (1ère diffusion : 10/03/1947  –  Chaîne Nationale). Indexation web : Véronique Vecten. Documentation Sonore de Radio France -Archive Ina-Radio France. A réécouter ici sur France Culture. []
  3. Archives du Loiret. Registre des mariages d’Orléans, 1855. []
  4. Archives du Loiret. Registre des naissances d’Orléans, 1855. []
  5. François Le Nail, Rastignac, Périgueux, Pilote 24, 1998. []
  6. Archives de la Dordogne, registre des décès de Labachellerie, 1886. []
  7. Archives de la Dordogne, registre des décès de Labachellerie, 1893. []
  8. Dossier de la Légion d’honneur LH/2135/43, en ligne sur la base LEONORE. []
  9. Selon l’arbre génalogique de Michel de Monval, mis en ligne sur Geneanet ici. []
  10. Rapports et délibérations du Conseil général du Loiret, 1871, page 335. []
  11. Le recensement de 1901 le mentionne comme habitant à Labachellerie, ce qui n’est pas le cas de son neveu. Archives de la Dordogne, Recensements, Commune de Labachellerie, 1901. []
  12. Bulletin de la Société archéologique et historique de l’Orléanais, année 1916, page 253. []
  13. Voir par exemple Jupons et hauts-de-forme : La vie secrète de la Belle Époque, Paris, 1964. []
  14. Archives de Paris, VIIIe arrondissement, Registre de mariages, 11 février 1890. []
  15. http://la-bachellerie.over-blog.com/2015/07/chateau-de-rastignac.html []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.