Bibliothèques d’historiens militaires d’hier et d’aujourd’hui. Contribution à l’histoire de la bibliothèque du Service historique de la Défense.

Lieutenant Constance de Courrèges d’Agnos (épouse Jégou)

Héritière d’une histoire de plus de 330 ans, la bibliothèque du Service historique de la Défense (SHD) a vu ses collections s’enrichir de multiples façons. Aujourd’hui première bibliothèque d’Europe en histoire militaire, elle a reçu en 2018 le label Collections d’Excellence (CollEx) délivré par le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche. Lieu de conservation et gardienne du patrimoine, la bibliothèque du SHD est en effet une place incontournable de l’histoire militaire. Le lien fort qu’entretient l’institution avec les historiens militaires se concrétise, depuis le XIXe siècle, par des legs ou dons de bibliothèques personnelles d’historiens militaires, parfois célèbres.

La salle de lecture Louis XIV du SHD
(c) G. Garitan/Wikimedia Commons

Créé en 1688 par Louvois, le Dépôt de la Guerre, dont est issue l’actuelle bibliothèque du SHD, s’est doté dès le XVIIIe siècle d’une fonction dévolue à l’histoire et à l’exploitation du matériau archivistique conservé par le Dépôt, pour documenter les guerres passées. Ainsi, les premiers mémoires historiques sur les campagnes militaires ont été produits dès les années 1760, sous l’égide du lieutenant général de Vault, alors directeur. Les historiens militaires, notamment ceux affectés au Dépôt de la Guerre au siècle suivant, ont pu bénéficier de la présence conjointe des archives de l’armée et d’une bibliothèque, au sein d’une entité unique. D’autres officiers, extérieurs au Dépôt mais répondant du modèle du notable, disposent de leur propre bibliothèque. C’est par exemple le cas du général Émile Mellinet (1798-1894), bibliophile et érudit, qui fait don de sa bibliothèque d’histoire militaire au Dépôt de la Guerre en 1869. Le don ne se fit toutefois pas sans peine : le conservateur de la bibliothèque, Camille Rousset (1821-1892) l’ayant refusé une première fois, l’accepta finalement deux ans plus tard. Le fonds, qui comprenait des documents parfois rares sur l’organisation militaire et l’histoire de l’armée, enrichit notablement les collections ministérielles. Un timbre ex-libris au nom du général rappelle aujourd’hui encore la provenance de chacun de ses ouvrages.

Si d’autres dons de collections de livres par des officiers historiens ont ponctué le XIXe siècle, c’est surtout à partir des années 2000 que la bibliothèque du SHD a bénéficié de dons de collections d’historiens importants et reconnus. Le 5 août 2007, les enfants d’Henri Amouroux (1920-2007) lèguent au Service une soixantaine de mètres linéaires d’archives, ainsi que son importante bibliothèque. Témoin et acteur de la Seconde Guerre mondiale, Henri Amouroux déroule une longue carrière dans le journalisme, tout en s’adonnant à sa passion pour l’histoire immédiate, et notamment celle de la France sous l’Occupation. Il publie ainsi La Grande histoire des Français sous l’Occupation en dix tomes, parus entre 1976 et 1993, ou encore Pour en finir avec Vichy, en 1997. L’intégration de sa riche bibliothèque a contribué à développer les collections autour de la thématique de la Seconde Guerre mondiale en France.

La Seconde Guerre mondiale, centre d’intérêt principal d’Henri Amouroux.
Le Journal, 4 sept. 1939 (c) BnF-Gallica

Quelques années plus tard, une nouvelle bibliothèque prestigieuse d’historien vient compléter les collections, celle d’André Corvisier (1918-2014), spécialiste de l’histoire militaire du XVIIe siècle. Président de la Commission internationale d’histoire militaire en 1987, André Corvisier est quelques temps plus tard conférencier à l’École supérieure du Génie militaire et colonel de réserve dans la même arme. Tout au long de sa carrière, il rassemble une importante bibliothèque dont une partie est consacrée à l’histoire militaire de la période moderne. Après son décès, sa fille, alors conservatrice au Service historique de l’Armée de Terre, fait entrer dans les collections le fonds militaire de la bibliothèque de son père.

Peu de temps après, la bibliothèque d’Étienne Taillemite (1924-2011) rejoint le SHD, sur le site de Rochefort-sur-Mer. Menant en parallèle de sa carrière d’archiviste des recherches historiques, Étienne Taillemite consacre ses travaux à l’histoire de la marine française de l’époque moderne. Président de la Commission française d’histoire maritime, puis président de l’Académie de Marine (1986), Étienne Taillemite a formé une importante collection d’ouvrages, donnée dans les années 2010.

Le versant maritime de l’histoire militaire bénéficie d’un nouvel apport en 2016, lorsque la veuve du capitaine de vaisseau Claude Huan (1924-2016) lègue une partie de la bibliothèque de son mari au SHD. Spécialiste de la marine de la Seconde Guerre mondiale, Claude Huan a rassemblé tout au long de sa carrière militaire, des ouvrages et de la documentation sur le sujet et a constitué un fonds de référence notamment sur la marine de guerre soviétique. Comprenant un grand nombre de documents en cyrillique, parfois rares voire uniques, ce fonds riche de près de mille ouvrages est en cours de signalement dans le catalogue de la bibliothèque du Service historique de la Défense.

(c) SHD, bibliothèque de Claude Huan (détail)

Unissant la plume à l’épée, les militaires historiens et historiens militaires ont, quand ils ont pu, constitué une bibliothèque de travail sur leurs sujets de prédilection. L’institutionnalisation en France de l’histoire militaire comme objet de savoir reconnu et nécessaire à l’armée, a permis la création d’entités documentaires dédiées. Ainsi l’existence du Dépôt de la Guerre et sa reconnaissance par les historiens, ont permis d’attirer des bibliothèques d’historiens spécialistes des questions militaires et de les intégrer aux fonds existants. L’accélération des dons de collections de livres constituées par des historiens, ces dernières décennies, témoigne de l’attachement des historiens militaires à l’institution et de leur volonté de pérenniser l’existence de l’outil de travail qui leur a permis d’enrichir le champ de la connaissance historique militaire des années durant.

Bibliographie :

  • Loïck BRIAND et Lotty AMOUROUX, « Le fonds Henri et Lotty Amouroux », dans Revue historique des Armées, n°268, 2012, p. 117-120. URL : https://journals.openedition.org/rha/7533
  • Charlotte CAPELLE et Pascal GALLIEN, « La Résistance dans les fonds entrés par voie extraordinaire » dans Revue historique des Armées, n°257, 2009, p. 130-134. URL : https://journals.openedition.org/rha/6885.
  • Jean-François DUBOS (dir.), Entre ciel, terre et mer. La bibliothèque du Service historique de la Défense, Vincennes, SHD 2018
  • Jean-François DUBOS et Nicolas TEXIER, « Claude Huan, marin et historien (1924-2016) », dans Revue historique des armées, n°290, 1er trim. 2018, p. 133-136
  • Henri ZUBER, Thierry SARMANT, Bertrand FONCK (dir.), Guide des archives et de la bibliothèque du Service historique de la Défense, Vincennes, SHD, 2017


Citer ce billet
Jean-Charles Geslot (2022, 7 janvier). Bibliothèques d’historiens militaires d’hier et d’aujourd’hui. Contribution à l’histoire de la bibliothèque du Service historique de la Défense. BIBLHIS. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/lylb

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.