Retour sur l’inventaire de la bibliothèque «historiographique» de Maurice Agulhon

Ce billet est extrait d’une communication qui a eu lieu le 11 décembre 2015 dans le cadre de la journée d’études « Maurice Agulhon, Jaurès, le politique » organisée à l’Université d’Avignon.

De septembre à décembre 2011, je me suis rendu à Villeneuve-les-Avignon, du lundi au vendredi, pour faire l’inventaire de la bibliothèque de travail de Maurice Agulhon. J’arrivais à 14h30 précises chez l’historien de la Deuxième République. Souvent je le trouvais en train de lire le journal Le Monde : il s’est intéressé à l’actualité jusqu’à la fin de sa vie. Son état de santé le tenait isolé du monde universitaire et médiatique, et le fait d’avoir un interlocuteur avec qui il puisse parler du devenir de ses archives personnelles et de sa bibliothèque constituait un grand soulagement pour lui.

Sa bibliothèque de travail qu’il a qualifiée, par la suite, d’ « historiographique » était, selon lui, une véritable construction similaire au canevas d’un livre. Il y avait la partie la plus précieuse : le noyau contenant les livres de sa mère ainsi que ceux de son enfance, reçus lors d’anniversaires ou des remises de prix scolaire. Ce fonds était composé aussi de ses premières lectures politiques : les ouvrages des grandes figures du communisme comme Marx, Lénine, Staline – ce qu’il appelait « la partie la plus contestable de sa bibliothèque » – et aussi les ouvrages consacrés à Jean Jaurès (les Cahiers Jaurès ont jusqu’à la fin de sa vie leur place sur les rayonnages). La figure de Jean Jaurès est essentielle dans son parcours : on peut voir d’ailleurs dans le film (accès à la vidéo ci-dessous) réalisé par l’Université d’Avignon un buste du tribun socialiste sur l’une des étagères .

En effet, Jaurès est lié à son histoire familiale, à son « entre-soi ». Ses parents, qui étaient instituteurs dans le village de Pujaut (Gard), se situaient à gauche de l’échiquier politique. Ils étaient, par ailleurs, des républicains profondément pacifistes. Et le fait même de jouer avec des soldats de plomb était quelque chose de mal vu par son père qui combattait toute forme de bellicisme1

Et puis, il y avait l’autre fonds, plus considérable. Ce sont les livres les plus récents : des achats, des échanges, des dons provenant d’éditeurs, de collègues historiens ou non historiens (Yves Coppens), de connaissances, d’écrivains (Gonzague Saint Bris), de philosophes (Régis Debray, Michel Serres) ou encore d’hommes politiques (Robert Badinter, Lionel Jospin, Alain Peyrefitte, Philippe Seguin). Deux types de classement sont visibles dans ce fonds. Le premier est chronologique : « Romantisme et 1848 » ; « Autour de la Révolution française jusqu’à la Commune » ; « Histoire républicaine 1871-1968 ». Le second est thématique : ses thèmes de prédilection (la sociabilité, la franc-maçonnerie, la laïcité, les intellectuels, l’histoire sociale de la France et l’histoire de Paris) ; ses terrains d’étude, à savoir la Provence, le Midi, le Var, Marseille, Avignon ; ses dernières thématiques de travail (les théories de l’imagerie à travers l’allégorie de Marianne ou des personnalités comme De Gaulle) ; ses rencontres intellectuelles (l’histoire du corps, du genre, des animaux, religieuse) et humaines (les professeurs au Collège de France, les collègues estimés, les disciples, etc.) et enfin ses propres livres traduits dans différentes langues (anglais, espagnol, italien mais aussi russe, chinois, etc.). La bibliothèque de travail de Maurice Agulhon possède, en outre, une dimension pluridisciplinaire : ouvrages d’histoire de l’art, de relations internationales, bien sûr d’ethnologie, de sociologie, d’anthropologie mais également des ouvrages sur l’actualité politique. Un rayon est même intitulé « politique : crise actuelle ». On y trouve des albums de dessins politiques (Plantu) ou même de bandes dessinées (Astérix).

En 2012, Maurice Agulhon a souhaité qu’un film soit réalisé autour de sa bibliothèque afin de montrer au plus grand nombre la richesse d’une collection de plus de 3000 livres. On pourrait même dire 6000 ouvrages car il avait déjà fait don de 3000 volumes de sa bibliothèque à la BU d’Avignon en 20102. L’historienne Natalie Petiteau a coordonné le projet autour de ce film. Mais il faut également citer le Doyen de l’UFR Sciences Humaines et Sociales, le professeur en sciences de l’information et de la communication, Pierre-Louis Suet, disparu trop tôt, qui a réglé les problèmes de droit d’auteur concernant les musiques qui ont été intégrées dans le documentaire. Trois étudiants en Master Communication (Coralie Pasero, Victorien Mendras et Quentin Donval) ont participé aussi à la rédaction du scenario, à la prise d’images de la bibliothèque et au montage du film. Il a fallu se contraindre à un film de 10 minutes pour que ce dernier reste un objet de médiation scientifique accessible à tous sur le site Internet de la BU d’Avignon3.

Lors d’une pause dans mon inventaire, au cours de laquelle je discutais avec Maurice Agulhon, j’ai pris conscience du fait que sa bibliothèque devenait la source même de ses réflexions. Pour lui, elle était un tout, un bloc, fait de livres mais aussi d’objets (bustes de Marianne, Jeanne d’Arc, Jean Jaurès), d’affiches, de gravures (autour de Marianne ou encore de la thématique de la laïcité). Toute cette iconographie ainsi que les échanges qu’il avait avec les historiens qui venaient le voir régulièrement dans sa maison de Villeneuve alimentaient chez lui des projets de livres qu’il savait forcément inachevés en raison de son âge avancé : ainsi, il avait le regret de ne pas avoir entrepris l’écriture d’un manuel d’histoire du premier XIXe siècle ou d’un ouvrage sur l’histoire du Bicentenaire de la Révolution française. La dernière fois que je l’ai vu en février 2014, il rêvait d’une histoire de la toponymie des rues en France.

Il m’a autorisé le 30 septembre 2011 à enregistrer l’une de nos discussions. Je me suis aperçu alors que Maurice Agulhon, était toujours curieux des choses qui pouvaient passer inaperçues : les détails d’un objet ou d’une image le fascinaient. Il s’intéressait à tout ce qui venait du « bas ». Il en fait la démonstration lorsqu’il revient au cours de cet entretien sur la notion d’ « anthropologie historique ». En voici un extrait :

Même l’histoire contemporaine – et surtout contemporaine – n’est pas seulement politique et idéologique, Ernest Labrousse l’a bien montré avec une histoire économique et sociale, elle peut être aussi totale et par conséquent admettre des choses que les folkloristes étudiaient, qui ne s’est pas appelé histoire, mais nous voyons que ça peut s’appeler ainsi. Et c’est la prise au sérieux de cette histoire totale qui fait que je suis allé à la Société d’ethnologie française. Oui j’y suis allé, et j’ai même été six ans (deux fois trois ans) vice-président de la Société d’ethnologie française. C’est ce que j’ai fait de plus important dans ma carrière disciplinaire, et mes articles les plus importants, je les ai publiés dedans. Un exemple d’un regard anthropologue. C’est paru dans un Figaro récent sur la culture de l’École normale supérieure, on y voit une photographie de la promotion 1945. Vous allez dire que c’est dommage car j’ai raté le concours de 1945 et je ne suis pas dessus. Mais moi je la commenterais de la façon suivante : premièrement, une évidence, la grande majorité des élèves a des cravates et une bonne petite minorité n’en a pas. Donc conclusion : même dans les époques les plus solennelles, on admettait un style sportif et juvénile qui soit autre que la cravate mais qui était aussi bien. Mais attention …attention… Ce n’était pas n’importe quel type de col ouvert, vous remarquerez que tous ces cols ouverts sont des cols où la chemise est par-dessus le col du veston ; ce qui ne se trouve nulle part, c’est le côté négligé qui est aujourd’hui à la mode, c’est-à-dire le col ouvert mais le col ouvert qui ballote au lieu d’être à la fois sagement et juvénilement en place. Regardez-les bien, tous ceux qui ont le col ouvert. Ils ont tous le col au-delà de la chemise. Voilà c’est mon côté anthropologue. Je le serais vraiment, -mais je vais mourir un peu trop tôt – je le serais vraiment si je faisais un article là-dessus. Pourquoi pas ? Il y a certainement dans des choses que personne ne daigne lire (des albums de mode, des magazines) des informations qui parlent aux historiens.

Je vous dis tout ça parce que je suis de ceux qui ont compris que la capacité à des observations vulgaires mais réelles était un des aspects possibles de l’histoire totale. Comme l’anthropologue sérieux que j’ai connu et qui m’a véritablement impressionné, c’est par son intelligence, son sérieux, son amitié ensuite, c’est Françoise Héritier. C’était la seule femme à l’époque au Collège de France et c’était la meilleure, je veux dire c’était celle qui m’a posé les questions les plus difficiles, les plus intelligentes, c’était celle qui avait pris au sérieux la lecture de mon rapport initial, elle m’a impressionné. 

Ainsi, durant toute sa vie, Maurice Agulhon n’a cessé d’établir des liens entre l’histoire et l’anthropologie. Sa bibliothèque, par sa grande diversité de thématiques, est représentative de son ouverture d’esprit. Elle invite les chercheurs actuels à réfléchir sur une certaine manière de faire de l’histoire où monographie, « histoire totale » et histoire politique par le bas s’entremêlent.

Depuis décembre 2015, la BU de l’Université d’Avignon, située campus Hannah Arendt, porte désormais le nom de « BU Maurice Agulhon ». Le fils de Maurice Agulhon, Pierre Agulhon, a fait don des ouvrages et objets de la bibliothèque « historiographique » de Villeneuve-les-Avignon à la BU d’Avignon en 2016. En 2017, un inventaire des objets du fonds Maurice Agulhon a été effectué par deux étudiantes en Master Patrimoine et Archives historiques (Mélaine Favre et Elodie Aujoulat). Selon le rapport de la Commission Scientifique Consultative de la Documentation de cette même année, ce fonds comptabilise « 1384 cartes postales ; 122 photos ; 1 album de 78 photos ; 334 diapositives ; 9 cartes et plans ; 11 dossiers de presse ; 22 affiches ; 17 tableaux, gravures et posters ; 447 monnaies ; 39 médailles ; 68 bustes et statuettes et 33 objets commémoratifs (Bicentenaire de la Révolution française, etc.) ». À l’automne 2018, ces objets ont été réunis dans une salle dédiée de la BU : l’Espace Recherche et Patrimoine. La lettre d’information électronique de la BU, datant de septembre-octobre 2018, indique enfin que des projets de valorisation sont en cours autour du fonds Maurice Agulhon : « un travail de recherche sur les dédicaces des ouvrages offerts à Maurice Agulhon par leur auteur, ainsi qu’un projet de numérisation des documents graphiques avec la création d’une base de données iconographiques sur les emblèmes républicains4

Cliché Jonathan Barbier.

 

Cite this article as: Jonathan BARBIER, "Retour sur l’inventaire de la bibliothèque «historiographique» de Maurice Agulhon," in BIBLHIS, 8 octobre 2019, https://biblhis.hypotheses.org/80.
  1. Pour en savoir plus sur l’enfance de Maurice Agulhon, voir Maurice AGULHON, Histoire et politique à gauche, Paris, Perrin, 2005, 168 p. []
  2. https://bualog.univ-avignon.fr/ressources-electroniques/un-fonds-de-prestige-le-fonds-maurice-agulhon/) []
  3. https://bu.univ-avignon.fr/informations-generales/fonds-specialises/fonds-maurice-agulhon-2/ []
  4. https://bu.univ-avignon.fr/?wysija-page=1&controller=email&action=view&email_id=15&user_id=0&wysijap=subscriptions []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.