Tous les articles par Agnès Sandras

A propos Agnès Sandras

chargée de collections en histoire de France au département Philosophie, histoire, sciences de l'homme

La “bibliothèque de l’oncle”: histoire emblématique ?

Dessin de Varé illustrant “Mon oncle et sa bibliothèque”, Le Petit Parisien, 9 novembre 1926. Gallica (BnF).

 

« Mon oncle et sa bibliothèque » : un texte humoristique sur la bibliothèque d’un historien local ?

Dans les pages du Petit Parisien Hervé Lauwick raconte en 1926 comment un héritier n’a pas déniché à temps l’argent que son oncle avait dissimulé dans l’ouvrage « épouvantable » d’un historien. Ces « propos de bonne humeur », primesautiers, ont mal vieilli, révélateurs des préjugés des classes les plus aisées sur les ouvriers dans les années 1920. Mais la représentation d’une bibliothèque qu’offre l’illustration de ce texte est rare dans les journaux de cette période. D’autre part, la polarisation de l’auteur sur un historien ayant vraiment existé (Michelet, auteur de La Mer) et la fabrication d’un titre imaginaire (l’Histoire des Gaulois et des Saxons, par Duvergier de Rampignon) mais vraisemblable1 intriguent. Continuer la lecture de La “bibliothèque de l’oncle”: histoire emblématique ?

  1. On songe aux recherches contemporaines du médiéviste Ferdinand Lot sur les migrations saxonnes en Gaule : Ferdinand Lot, “LES MIGRATIONS SAXONNES EN GAULE ET EN GRANDE-BRETAGNE DU III          e          AU V          e          SIÈCLE.” Revue Historique, vol. 119, no. 1, Presses Universitaires de France, 1915, pp. 1–40. []

« Les bibliothèques sont de quelque utilité dans la profession d’historien » : les historien(ne)s et leurs bibliothèques

Les historien(ne)s ont souvent une appétence particulière pour l’histoire de leur bibliothèque. Ivan Jablonka, « historien sensible à [s]on historicité1 » glisse par exemple dans son autobiographie (ou socio-histoire) deux éléments sur sa propre bibliothèque. Le premier n’est pas un ouvrage mais … « sa plaque d’immatriculation [du camping-car paternel], qui vit aujourd’hui une deuxième vie sur un rayonnage de ma bibliothèque, rectangle de métal parmi les rectangles de papier, est la couverture d’un livre jamais écrit sur laquelle un peintre aurait blasonné mon enfance2 ». Le second est À la recherche du temps perdu, lu pour préparer le concours d’entrée à l’ENS, et dont l’auteur ne précise pas s’il se trouve aujourd’hui en sa propre bibliothèque ou dans la collection maternelle : « J’ai retrouvé dernièrement, glissé dans le premier volume de ma Pléiade (celle de ma mère, en fait), le programme de l’opéra de Sante Fe (….) ». En peu de lignes, ces éléments donnent une idée de la complexité de la constitution d’une bibliothèque : les apports familiaux (in)conscients3, les strates souvent conservées des études, les objets jalonnant les rayonnages, les souvenirs glissés entre les feuilles, le tout reflétant le livre en germe (ici En Camping-car).

Continuer la lecture de « Les bibliothèques sont de quelque utilité dans la profession d’historien » : les historien(ne)s et leurs bibliothèques

  1. Ivan Jablonka, En camping-car, Seuil, 2018. Page 144. []
  2. Ibid., page 16. []
  3. Les deux indications données par Ivan Jablonka sont éminemment symboliques et renvoient à sa construction d’historien : « C’est mon père qui, par l’obstination de ses questionnements, la précision de sa mémoire et l’acuité de sons sens critique (qu’il n’a jamais épargné à aucun rescapé d’Auschwitz), m’a appris à raisonner en historien. C’est ma mère qui m’a nourri et cultivé, exigeant de moi avant que je sache vouloir ». En Camping-car, page 112. []