Archives mensuelles : octobre 2019

Les historiens du XIXe siècle en leur bibliothèque

Nous republions ici un précédent billet paru sur le carnet « Histoire et culture au XIXe siècle » en juin 2018, et dont le propos s’inscrit dans la logique du projet BIBLHIS.

Le hashtag #MontreTaBibli a connu au mois de mai 2018 un succès certain sur Twitter. La communauté des historiens présents sur le réseau social à l’oiseau bleu s’est rapidement emparée de ce mot-dièse, pour échanger les images de ses rayonnages de livres, plus ou moins étoffés (en fonction le plus souvent de l’état d’avancée dans la carrière du propriétaire de la bibliothèque…), et plus ou moins méthodiquement rangés également.

Résultats de la recherche « MontreTaBibli » dans Google Images, 30 mai 2018.

Sans le savoir sûrement, ces historiens reprenaient en fait une pratique ancienne, déjà fort à la mode chez leurs devanciers du XIXe siècle. De Renan à Lavisse, de Taine à Michelet, montrer ses livres était déjà une habitude, en ces temps d’institutionnalisation du métier d’historien. « Les livres du savant, témoignages souvent de sa réussite professionnelle, sont en même temps les outils et les justifications de son travail », nous rappelle l’historien Frédéric Barbier[1]. La mise en scène sa propre lecture, de son propre travail intellectuel, est ainsi une pratique assez répandue chez les auteurs, pas seulement historiens, et pas seulement français, à l’époque contemporaine. Fritz Nies a recensé plusieurs dizaines de ces représentations d’auteurs en train de lire[2]. Certains se sont donc carrément fait portraiturer devant leurs rayonnages de livres. D’autres se sont contentés de poser avec quelques volumes, histoire de rappeler leur fonction sociale. Voyons donc à quoi ressemblaient les bibliothèques de nos prédécesseurs historiens du XIXe siècle, et ce que donnerait le fil #MontreTaBibli s’ils avaient pu y participer…

Continuer la lecture de Les historiens du XIXe siècle en leur bibliothèque

La bibliothèque de Victor Duruy : richesses et lacunes d’un catalogue de vente (1895)

Le lundi 11 novembre 1895, à 20 heures, commençait dans l’enceinte de la maison Silvestre, à Paris, la vente d’une collection de livres, celle de l’historien et ancien ministre de l’Instruction publique Victor Duruy (1811-1894). Cette vente devait durer six jours, jusqu’au samedi 16 novembre suivant, et permettre d’écouler, outre 500 ouvrages dûment inventoriés, des lots représentant 4 000 volumes. Le catalogue de la vente, conservé en deux exemplaires à la Bibliothèque nationale de France[1], constitue une source irremplaçable pour connaître le contenu de la bibliothèque de Victor Duruy. En le lisant, en s’y plongeant, on entre, en quelque sorte, dans l’intimité du cabinet de travail de l’historien, on parcourt les rayonnages, et on soulève un coin de voile sur ses pratiques de recherche et d’écriture. Un coin, et un seul, cependant. Car, si ce document se révèle plein d’enseignements, il est également porteur de bien des déceptions et de bien des frustrations.

Continuer la lecture de La bibliothèque de Victor Duruy : richesses et lacunes d’un catalogue de vente (1895)

BIBLHIS à Blois

L’équipe du projet BIBLHIS sera présente aux 22e Rendez-vous de l’histoire de Blois, dans le cadre d’une carte blanche à la Bibliothèque nationale de France.

Une table ronde animée par Agnès Sandras sera l’occasion de lancer officiellement le projet.

Rendez-vous le vendredi 11 octobre de 18h à 19h30 à l’IUT (3 place Jean-Jaurès).

Cour intérieure du château de Blois, estampe gravée par O. de Rochebrune, 1864 (c) BnF-Gallica

Lien vers la page de présentation de la table ronde

Retour sur l’inventaire de la bibliothèque «historiographique» de Maurice Agulhon

Ce billet est extrait d’une communication qui a eu lieu le 11 décembre 2015 dans le cadre de la journée d’études « Maurice Agulhon, Jaurès, le politique » organisée à l’Université d’Avignon.

De septembre à décembre 2011, je me suis rendu à Villeneuve-les-Avignon, du lundi au vendredi, pour faire l’inventaire de la bibliothèque de travail de Maurice Agulhon. J’arrivais à 14h30 précises chez l’historien de la Deuxième République. Souvent je le trouvais en train de lire le journal Le Monde : il s’est intéressé à l’actualité jusqu’à la fin de sa vie. Son état de santé le tenait isolé du monde universitaire et médiatique, et le fait d’avoir un interlocuteur avec qui il puisse parler du devenir de ses archives personnelles et de sa bibliothèque constituait un grand soulagement pour lui.

Continuer la lecture de Retour sur l’inventaire de la bibliothèque «historiographique» de Maurice Agulhon